lundi 29 décembre 2014

La Mer infinie

Auteur : Rick Yancey

Édition : R (site)

Pages : 401

Prix : 17,90 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l'espèce humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer à affronter l'hiver en espérant le retour rapide d'Evan Walker, ou se mettre en quête d'éventuels survivants avant que l'ennemi ne referme sur eux son impitoyable piège.
Personne ne peut prédire à quels abîmes de cruauté les Autres sont prêts à s'abaisser, ni à quelles hauteurs l'humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Attention : risque de spoilers sur le tome précédent !

Le premier tome ayant été une découverte coup de cœur, je ne vous raconte pas avec quelle impatience (et appréhension - un coup de cœur met la barre tellement haute que la probabilité d'une déception est plus élevée) j'attendais cette suite.

Cependant, une fois n'est pas coutume, j'ai eu quelques difficultés à me souvenir de la fin du tome 1 (poisson rouge, bonjour), et donc j'ai eu du mal à reprendre le fil.
De plus, pendant toute la première partie du roman, je dois avouer que je restais peu emballée, et par conséquent, j'avançais plutôt lentement dans ma lecture. La faute en grande partie à la narratrice, Ringer, avec qui je n'avais pas vraiment d'atomes crochus. Je la trouvais beaucoup trop froide, et cela ne m'a pas aidé...
Le début du livre pâtit également d'un rythme étrange, qui déstabilise et n'aide pas à entrer dans l'histoire. Certains chapitres passent à un autre point de vue au milieu d'une partie où l'on suit un autre personnage, et cela coupe carrément l'élan.

Mon intérêt est finalement revenu lorsque j'ai retrouvé le ton hargneux et sans détour de Cassie. J'ai d'ailleurs été assez soulagée de la tournure des évènements la concernant.
Après cette petite partie avec Cassie en narratrice, on revient à Ringer. J'aurais pu être déçue donc et de nouveau m'ennuyer, mais cette fois-ci, j'ai accroché. On la retrouve plus humaine et on en apprend plus sur elle, du moins, sur qui elle était avant l'invasion. Et surtout, un nouveau personnage fait son apparition. Quelqu'un avec qui elle va nouer des liens, et cela a contribué à la rendre d'autant plus humaine et donc plus attachante à mes yeux. Ses failles apparaissent enfin !
D'autant que j'ai adoré ce nouveau venu ! Autant qu'Evan, c'est vous dire ! Il m'a un peu fait penser à Cassie, en plus bavard et plus lumineux (et plus charmant, et tout aussi drôle, et... enfin bref).

La seconde moitié du roman est haletante. Mensonges, combats, morts. Toute cette lutte dans le récit est étonnamment psychologique finalement. Personne n'est en sécurité. Absolument personne. J'étais par moment tellement stressée par certains cliffhangers en fin de partie que j'allais directement à la conclusion du roman pour me rassurer (ou pas). J'ai été complètement tourneboulée, et ça fait un bien fou ! C'est ce qui a largement contribué à rattraper le début laborieux de ce tome 2.
La fin m'a, elle, complètement bouleversé ! Elle est à la fin déchirante, belle et cruelle. Honnêtement, ça faisait longtemps que je n'avais pas été aussi prise émotionnellement par un livre. Je croise les doigts pour un retournement de situation dans le tome 3 car un aspect de cette fin m'a tué (je veux y croire !).

Concernant l'intrigue, beaucoup de questions sont soulevées dans cette suite. Notamment certaines que quelques lecteurs avaient pu se poser à la lecture du premier tome et qui avait rendu le roman moins crédible à leurs yeux (personnellement, j'étais tellement à fond dans ma lecture du premier tome que ces doutes ne m'avaient même traversé l'esprit ! Mais j'avais vu quelques blogueurs ici et là qui restaient sceptiques sur certains aspects du scénario). Eh bien sachez que si vous aviez été sceptique à la lecture du premier tome, la suite répondra à tout vos doutes.
Je dois avouer que pendant une bonne partie de ma lecture j'étais un peu perdue, je ne comprenais pas du tout le pourquoi du comment. Jusqu'à la fin. Où là, tout s'éclaire ! Cette suite aurait pu être titrée "Mensonges" tellement tout finit par être détrompé. Tout ce qu'on pouvait avoir pris pour acquis est remis en question.

EN BREF :

En dehors de la première partie dotée d'une narratrice trop froide et d'un rythme mal géré, la seule chose qui m'a déplu, c'est le petit frère de Cassie. Je n'arrive pas à croire que Cassie se soit donnée corps et âme pour sauver ce petit morveux (oui, je ne l'aime pas du tout !).
Je suis ressortie secouée par cette lecture. Ce second tome est d'une cruauté sans pareille. Que ce soit une cruauté physique ou morale. Je voguais constamment entre espoir et désespoir. Il n'y a pas à dire, l'auteur est vraiment dur avec ses lecteurs... Mon petit cœur a eu bien du mal à se remettre...



JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


Merci à la collection R pour la suite de cette superbe trilogie !


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Le tome 3 (le dernier de la saga) paraîtra en septembre 2015 en VF chez R.
  • Chronique du tome précédent :

jeudi 11 décembre 2014

Les Sept Royaumes - Tome 3 : Le Trône du Loup Gris

Auteur : Cinda Williams Chima

Édition : Castelmore (site)

Pages : 430

Prix : 17,20 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Han Alister pensait avoir perdu tous ceux qu’il aime. Mais lorsqu’il retrouve dans les montagnes son amie Rebecca Morley, blessée et à l’agonie, il prend conscience que la jeune femme tient une place importante dans son cœur.
Pourtant, rien n’a préparé Han à la trahison qui l’attend : la belle et mystérieuse Rebecca n’est autre que la princesse Raisa, héritière du trône du Loup Gris…
Sauront-ils dépasser leurs différents pour le bien du Royaume et déjouer les pièges de leurs ennemis mortels ? Même leur volonté de fer pourrait ne pas suffire…


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Honnêtement, j'ai eu vraiment beaucoup de mal à me replonger dans le bain de cette saga, ma lecture des deux premiers tomes datant un peu. À vrai dire, un résumé des tomes précédents m'aurait bien aidé dans mon cas, ainsi qu'un glossaire (les termes originaux ne sont pas légion, mais j'en avais oublié la signification pour la plupart).

Ce tome-ci m'a paru un peu plus versé dans la politique que les autres. Han et Raisa montent galon et deviennent de plus en plus importants pour l'avenir des sept royaumes. Des questions trouvent également leurs réponses dans ce tome 3 (même si certaines révélations - une en particulier - restent très prévisibles pour les lecteurs).

La première partie du roman se concentre d'abord sur l'acceptation de Han du statut de Raisa après avoir découvert sa véritable identité. Quand la deuxième partie aborde quant à elle l'évolution des rôles de Raisa et Han au sein des sept royaumes. Des rôles qui prennent d'ailleurs en puissance.

Mais j'ai malheureusement toujours un problème avec Raisa, qui ne me semble choisir Han que par dépit. Parce qu'elle ne peut pas avoir Amon. Je ne sais pas si c'est l'intention de l'auteur, mais je trouve ça horrible pour Han... Même si la tension entre Han et Raisa est réussie malgré tout, il faut le reconnaître. Reste que les sentiments de Raisa sont toujours aussi peu clairs, j'aimerais qu'elle départage réellement.  D'autant que la liste de ses prétendants ne diminue pas... Autant, s'ils ne l'aimaient pas tous, je ne dis pas, vu son statut, il me paraît logique qu'elle soit très sollicitée. Mais là, ils sont quasi tous plus ou moins amoureux d'elle...
Quant à Han, il sait ce qu'il veut, même si cela me paraît un peu radical et surtout rapide. J'aurais aimé qu'il doute un peu plus, qu'il se questionne, et surtout qu'on connaisse un peu plus ses pensées et son cheminement.

Du côté des autres personnages, je note que le rôle de Micah prend de l'épaisseur et gagne en ambiguïté. Je ne sais plus que penser du personnage, et ce n'est pas pour me déplaire. On évite un côté trop manichéen pour le coup, et c'est franchement génial. Il faudra voir ce que la suite fera du personnage.
Amon est toujours aussi tragique, et c'est bien dommage... Je n'arrive pas à accrocher à ce personnage du coup.
Quant à la sœur de Raisa, l'auteur ne pourrait pas la rendre plus antipathique. On a envie de lui coller des claques...

EN BREF :

Ce tome est plus une transition vers le tome final et reste par conséquent plus centré sur la politique (ce qui n'est pas un mal) et les rôles de chacun dans l'avenir des Sept Royaumes. Cela dit, l'évolution de Raisa, et surtout de Han est très plaisante à suivre.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Le tome 4 La Couronne écarlate est déjà disponible en VF chez Castelmore (mais plus chez Bragelonne pour ce dernier tome).

lundi 17 novembre 2014

La Dernière Terre - Tome 1 : L'enfant merehdian

Auteur : Magali Villeneuve

Édition : L'Homme sans nom (site)

Pages : 458

Prix : 21,90 €

Public : Adulte

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Un monumental ruban de pierre se dresse en sentinelle au bord des brumes éternelles.
Les hommes leur ont donné un nom : la Dernière Terre.
Dans la cité-capitale des Cinq Territoires, Cahir, jeune homme frêle, maladif, aux mœurs et aux allures bien éloignées des codes stricts qui font loi autour de lui, subsiste envers et contre la réprobation générale. Il est issu des Giddires, un peuple rejeté, au ban de la paix politique qui unit les autres contrées. Malgré cela, entre intelligence et ingénuité, il parvient à se rapprocher de certains locaux, dont Ghent, fils du Haut-Capitaine à la tête des forces militaires des Basses-Terres.
Au fil de ces jours paisibles, s’il advenait un événement capable de bouleverser tous les dogmes établis, quel poids l’existence de Cahir aurait-elle dans la balance des certitudes ?


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Voilà un roman que j'ai acheté aveuglément suite à la chronique du blog Le Bazar de la Littérature (et aussi boosté par les deux livrets en édition limitée qui accompagnaient les livres et qu'il me fallait absolument !). Et c'est après un temps infini passé dans ma PAL que j'ai fini par sortir ce premier tome, étant dans une période où je voulais lire de la fantasy (coucou Dragon Age Origins, c'est à cause de toi !).
Ma plus grande appréhension avant de le lire était de ressentir de l'ennui à la lecture vu la longueur du récit, le peu de chapitre et le texte très dense. Surtout que toutes les chroniques lues dépeignaient une saga au style recherché et où il ne faut pas chercher l'action (oui, je sais, ça ne m'a pas empêché de l'acheter...).

Dès les premières pages, j'ai trouvé la lecture très dense. Le style est plus complexe et plus riche (c'est parfois même un peu trop ampoulé à mon goût) que ce à quoi je suis habituée. L'univers est en plus très travaillé, pensé dans les moindres détails, cela se sent à la lecture. Autant vous dire que j'ai donc reçu un flot d'information dans la figure qui a failli me décourager.
Mais j'ai tout de même continué et, curieusement, le charme a fini par opérer. Je me suis faite au style (pour une fois, je ne pourrais pas râler sur un manque de description tellement le sens du détail est présent et les descriptions imagées - m'est avis que le travail d'illustratrice de l'auteur n'y est pas pour rien) et j'ai commencé à comprendre peu à peu l'univers dans lequel je mettais les pieds.
Et enfin - et même si il y a beaucoup de descriptions -, les dialogues ne sont pas en reste. J'adore l'humour caustique de certains personnages. C'est toujours fin et bien envoyé, un régal !

Mais surtout, SURTOUT, on a un très bon panel de personnages. Des personnages profonds, complexes, jamais manichéens. Et il y en a pour tous les goûts.
Personnellement, je ne suis pas fan du couple formé par Cahir et... une certaine fille (je ne voudrais pas spoiler quoi que ce soit). Déjà, parce qu'on assiste pas à leurs premiers pas amoureux, ils sont déjà ensemble dès le début. Donc pour moi, la partie la plus intéressante et la plus difficile est passée... Bon, plus loin dans le récit on a droit à quelques souvenirs, mais ça n'a pas arrangé les choses bien au contraire, car j'ai trouvé ça beaucoup trop rapide. Et Cahir me semble avoir un peu trop l'ascendant, du coup j'étais un peu mal à l'aise face à leur histoire.
Heureusement, il y a des tas d'autres personnages intéressants pour compenser. J'avoue avoir de l'affection pour Gayle, peut-être parce que sa timidité maladive me la rend plus proche et plus compréhensible. J'ai envie de la prendre sous mon aile et d'envoyer bouler (pour rester polie) tout ceux qui essaie de la forcer à changer, à ne plus être elle-même (ouais, ça sent le vécu tout ça...).

J'ai trouvé la fin de ce premier tome vraiment très touchante. Les personnages étant pour la plupart très pudiques avec leurs sentiments, chaque geste, chaque petite démonstration en devient d'autant plus forte et significative. C'est tout en finesse et en discrétion, et c'est tellement beau comme ça ! On a donc un beau travail sur les relations entre les personnages dans tout le roman !

Mon regret principal - en plus d'un style parfois un peu trop ampoulé comme je l'ai déjà écrit précédemment - est la difficulté à repérer la trame principale, le fil rouge (oui, j'aime les fils rouges). Les personnages sont tous liés les uns aux autres certes, mais j'aimerais vraiment savoir vers quoi court la saga.
Des pistes sont malgré tout lancées au cours de ce premier tome, mais cela reste encore très mystérieux. Cela dit, le tome 2 risque d'être un peu plus clair là-dessus du coup. Et puis il faut dire aussi que ces divers mystères sans liens apparents (mais dont on sait qu'ils sont sûrement liés d'une manière ou d'une autre, reste à savoir comment) nous poussent à vouloir lire la suite, il faut le reconnaître.

Bonus non négligeable : le fait que l'auteur - ou les auteurs (puisque si une seule main écrit, le scénario est pensé à deux) - soient en plus illustrateurs (et quels illustrateurs !) apporte pour moi un gros plus à la saga. Car quoi de mieux qu'avoir des illustrations (talentueuses !) des personnages faites par les auteurs eux-mêmes ?

EN BREF :

Un premier tome qui reste somme toute assez introductif et beaucoup trop lent mais qui nous présente un univers complet, très travaillé et un casting de personnages au potentiel avéré.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est le premier tome d'une saga en 6 tomes.
  • Le tome 2 Des certitudes est déjà paru aux éditions de L'Homme sans nom.
  • Le tome 3 paraîtra courant 2015.
  • Site officiel de la saga : http://laderniereterre.com/

mercredi 29 octobre 2014

Endgame - Tome 1 : L'Appel

Auteur : James Frey & Nils Johnson-Shelton

Édition : Gallimard (site)

Pages : 477

Prix : 19,90 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Douze civilisations ont été choisies il y a des millénaires. Elles représenteront l'humanité et se battront pour son destin quand Endgame arrivera. Aujourd'hui, douze météorites ont frappé la Terre, portant un message à douze Joueurs : Endgame a commencé. Sarah, la Cahokienne, Jago l'Olmèque, Chiyoko la Mu, Kala la Sumérienne, Baitsakhan le Donghu, Maccabee le Nabatéen, et les autres s'entraînent depuis leur naissance pour ce moment, dans les traditions et légendes de leurs ancêtres. L'enjeu : sauver leur lignée et le sort de la Terre. Crash aérien, vol de voiture, shuriken, hacking, smartphone, langues oubliées, bombes, philosophie de tous les continents : chacun va suivre son propre chemin selon sa personnalité, se fiant à ses intuitions et déductions, carEndgame n'a ni règles ni limites. Et en dépit des alliances, amours et amitiés qui se créent, il n'y aura qu'un seul vainqueur.


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Quand j'ai eu ce livre entre les mains, je dois avouer que l'accroche et le résumé me laissaient très sceptique. Je me demandais quel était le but de cette histoire. Je ne voyais pas bien où les auteurs pouvaient vouloir en venir. C'est donc dans ces conditions assez peu optimales que j'ai débuté ma lecture.

Le début fut très vaseux pour moi. Comme je le pressentais, je ne comprenais pas le but de cette histoire, de ce fameux "Endgame". Puis au fil des pages, le scénario s'est éclairci et j'ai commencé à être très emballée par l'idée des auteurs.
On découvre ici une toute nouvelle version de l'Histoire de l'Humanité, à laquelle on a peut-être tous pensé à un moment, et qui est ici appliqué et bien introduite. Toute notre Histoire est remise en cause. Et quand j'ai compris qu'en réalité les 12 Joueurs n'étaient en fait que les pièces d'un gigantesque jeu d'échec, l'histoire a pris pour moi un tournant définitivement intéressant.

Le scénario nous fait voyager d'un bout de la Terre a un autre, à la découverte de monuments historiques notamment, qu'on regarde tout à fait autrement dans ce roman. C'est l'aventure absolue. Un genre d'Indiana Jones apocalyptique, saupoudré d'une touche de thriller.
Quant à ceux qui pense tout de suite à Hunger Games en lisant l'accroche (logique), je vous dirais que les deux romans n'ont pas grand chose en commun (mis à part des personnes qui veulent s'entretuer, m'enfin ça, Hunger Games n'a pas déposé de brevet et n'est pas le premier ni le dernier roman où ça arrive...). J'ai d'ailleurs bien plus pensé à Gone en lisant Endgame, car j'y ai retrouvé tout ce que j'aimais dans la saga de Michael Grant (particulièrement concernant les personnages diversifiés et les points de vue multiples).

Les 12 Joueurs qui nous sont présentés ici sont tous bien différents les uns des autres. Ils ont tous une approche du Jeu unique, en accord avec l'enseignement différent que chacun a reçu. Brisé, monstrueux, brutal, empathique, il y en a pour tous les goûts. Et pendant que certains développent de potentiels amitiés, ou des alliances de circonstance, d'autres se découvrent des ennemis redoutables. Le Jeu avant tout, ou peut-être pas pour certains, car aucun n'est au bout de ses découvertes...
Je regrette néanmoins que certains Joueurs soient un peu plus en retrait par rapport à d'autres (et que ce soit une Américaine qui nous sert d'héroïne...). Mais vu la fin, ils devraient avoir leur place dans la suite.

Le roman est en plus découpé de façon efficace. Les points de vue sont multiples et se succèdent rapidement. Pas de panique si vous avez peur d'être perdu, les personnages, le lieu et l'heure sont indiqué au début de chaque chapitre.
Les chapitres n'excédant pas quelques pages, on en arrive vite à ne plus s'arrêter de lire tellement on est pris dans le rythme ("Allez, encore un petit !" On connaît tous ça !). Le roman se dévore donc en un rien de temps malgré son épaisseur (et puis le texte est bien aéré).

EN BREF :

Une histoire intense, bourrée de rebondissements et d'action. Amitiés, amours, haines et deuil font aussi partie du voyage. Quant à la chasse au trésor promise au lecteur (dont j'ai entendu parler, puisque les épreuves non corrigées ne permettent pas de Jouer), ce n'est pour moi pas un plus, ça ne sert qu'à faire le buzz autour du livre, qui n'a pas besoin de ça pour être très bon.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


Merci aux éditions Gallimard pour cette découverte !


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est le premier tome d'une trilogie.

jeudi 16 octobre 2014

Le Joyau

Auteur : Amy Ewing

Édition : R (site)

Pages : 452

Prix : 17,90 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Le Joyau, haut lieu et cœur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté.
Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet Lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance...
Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel – va rapidement découvrir la réalité brutale qui se cache derrière l'étincelante façade du Joyau. S'exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie.
C'est pourtant dans ce sinistre quotidien qu'elle tombe amoureuse d'un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d'affronter les plus grands des dangers...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Ce n'est pas le le lien fait avec La Sélection qui m'a attiré vers ce roman (bien au contraire même...), mais son thème. Une dystopie avec pour sujet principal les mères-porteuses, il faut dire qu'on tient là un bon morceau. Il y avait un potentiel dingue dans ce sujet ! Je partais vraiment confiante avec cette lecture.

Mais j'ai été tout d'abord assez déstabilisée par l'univers du roman en fait. Moi qui étais certaine de plonger dans une dystopie, après avoir lu le roman, je ne suis pas si sûre que c'en soit une finalement. Par moment, je me suis presque cru dans de la fantasy d'ailleurs. Et cette incertitude alliée à un manque cruel d'informations m'a désarçonné. Du coup, l'univers m'a laissé frustrée. Je ne trouvais (et ne trouve toujours) pas de connecteurs logiques entre les différents aspects de l'univers qui m'ont été présentés, et cela le rend par conséquent moins crédible à mes yeux.
De plus, le thème des mères-porteuses se rapproche finalement plus de l'esclavage pur et dur qu'autre chose. C'est dommage car cela empêche une vraie réflexion sur le sujet. J'ai donc été déçue de ce côté-là car c'est ce que j'espérais le plus en commençant ce roman.

L'héroïne m'a semblé de plus bien trop parfaite. Elle ressemble, point de vue caractère, énormément à America de La Sélection. Elle est jolie, douée, rebelle, a les yeux violet. Bon, je comprend que pour les besoins de l'histoire il fallait qu'elle soit remarquable, mais c'est un peu trop. Et le pire reste finalement sa romance incongrue avec Ash et son comportement de gamine de treize ans face à son chanteur préféré. C'est ce qui m'a en fait le plus déplu chez elle : son cœur d'artichaut.

Ash arrivant en plus très tardivement dans le roman, l'auteur n'aurait jamais dû conclure leur histoire dans ce tome-là. D'autant plus que le jeune homme, à part son physique, n'a pas grand chose pour lui. Je l'ai trouvé sans charisme. C'est bien mignon de lui donner un passé de jeune martyr, mais il ne reste qu'une (belle) coquille vide pour moi.

Donc, dans tous les cas, ne commencez pas ce roman pour lire une romance. Tout simplement parce que l'auteur aurait dû se passer d'en faire une si c'était pour qu'elle soit aussi mal menée. Violet et Ash se rencontrent cinq minutes à tout casser, et ça y est, notre héroïne est complètement dingue de lui. Elle pense tout le temps à lui, se morfond en permanence. J'ai trouvé ça cul-cul la praline (personnellement). Et cent pages après leur première rencontre les voilà qu'ils se tombent dans les bras ! Là, c'était terminé pour moi. Ce n'est pas crédible du tout. Et l'héroïne est d'une naïveté !
Et après s'être tombé dans les bras, Violet commence déjà à nous faire des mini-drames digne de séries sentimentales. Alors qu'ils se connaissent à peine et qu'elle sait quelle office rempli le jeune homme (faut pas se leurrer). Je me suis dit à ce moment-là qu'il ne manquait plus que les promesses d'amour éternel pour enfoncer le clou. Et, malheureusement, elles sont arrivées, alors que leurs rencontres ne totalisaient même pas une journée...
Leur relation est de plus remplie de clichés. De ceux que l'on voit un peu trop dans les romances des romans jeunes adultes (notamment la fille qui veut aller plus loin, mais c'est le garçon qui ne veut pas, qui a trop de respect tout ça, Edward Cullen sort de ce corps ! C'est vu et re-vu.).

La présence d'un certain manichéisme se fait ressentir également. Les opprimés sont tous gentils et pauvres tandis que les riches sont méchants et esclavagistes. J'attendais plus de complexité dans les personnages. Notamment chez Carnelian et Garnet qui me semblaient avoir autrement plus de potentiel que l'héroïne et Ash, et j'attendais avec impatience que l'auteur gratte sous la surface de ces deux-là, ce qui ne s'est pas fait, ou trop peu.
Néanmoins, je me dois de préciser que sur la fin, ça s'améliore. Des failles apparaissent.

Le meilleur du roman se situe en fait à la fin. L'auteur m'a bien eu sur ce coup-là, et je suis ravie qu'une de mes critiques soit détrompée. À dire vrai, jusqu'à ces toutes dernières lignes, je n'étais pas sûre de vouloir lire la suite, et bim ! les dernières lignes sont tombées. Et j'en suis ravie, même si cela ne rattrape pas tout le reste.

EN BREF :

Un potentiel fou, de grandes promesses, et au final c'est la déception pour moi... L'auteur aurait pu faire tellement mieux. La romance ratée plombe malheureusement le récit qui se serait mieux porté sans. Mais la fin laisse sur une note positive et ne peut annoncer un tome 2 que meilleur.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


Merci à la collection R pour cette lecture !


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est le premier tome d'une trilogie.
  • Le tome 2 paraîtra en VF en septembre 2015 chez R.

mardi 30 septembre 2014

Dragon Age - Le Trône volé

Auteur : David Gaider

Édition : Milady (site)

Pages : 446

Prix : 8 €

Public : Adulte

Commander le livre : Plus disponible neuf

Résumé :

Lorsque la bien-aimée Reine Rebelle est assassinée, son fils Maric entreprend de la venger. La nation de Férelden, qui avait jadis prospéré sous le règne de sa famille, souffre désormais sous le joug cruel des envahisseurs orlésians.
Maris devient bientôt le chef de l'armée rebelle déterminé à arracher Férélden des mains d'un tyran étranger.
Seulement aidé de deux vrais alliés - le taciturne hors-la-loi Loghain et la magnifique guerrière Dame Rowan - le Prince Maric doit accomplir son destin et se jeter dans la bataille afin de reconquérir le trône volé.


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


M'étant prise de passion cet été pour la série de jeux vidéos des Dragon Age, je voulais prolonger le plaisir en lisant les romans tirés de leur univers. C'est donc dans cette optique (et aussi et surtout pour m'aider à prendre mon mal en patience jusqu'à la sortie du prochain opus Dragon Age : Inquisition...), que j'ai décidé d'acheter ce roman, uniquement disponible en occasion malheureusement.

Je l'ai démarré sans a priori, plutôt ravie de me replonger dans cet univers. C'est peut-être pour cela aussi que mon enthousiasme est retombé petit à petit. Le scénario étant, bien évidemment, beaucoup moins épais que celui du jeu (malgré plusieurs points de vue), j'ai assez vite commencé à trouver le roman un peu long.  Car c'est beaucoup, beaucoup de batailles surtout.

Il faut dire aussi que le fameux Maric, s'il paraît sympathique au début, devient vite agaçant à force de naïveté et d'héroïsme presque stupide. Pourtant j'apprécie les personnages honnêtes et bons, mais Maric est beaucoup trop parfait finalement. Et puis son histoire avec Katriel m'a achevé... Le début autant que la façon dont cela se termine.

Néanmoins, il y a des personnages qu'on prend tout de même plaisir à découvrir. Notamment Rowan, la guerrière, et Loghain. Un Loghain qui prend finalement toujours des décisions pleines de bonne intentions, mais sans prendre en compte l'Humain, sans lequel l'amertume peut vite pointer le bout de son nez. Il donne tout pour Férelden, trop même. Penser à lui de temps en temps ne lui aurait pas fait de mal.
Ces deux-là m'ont fait regretter la façon dont l'histoire tourne (crétin de Loghain !), mais pas le sort que j'ai réservé à Loghain dans le jeu. Finalement, je me dit même que c'est le mieux pour lui.

Cela dit, c'est grâce à ce roman que j'ai enfin compris ce qu'était la Légion des Morts (la prochaine fois je m'attarderai un peu plus sur les codex du jeu).

Finalement, le plus gros soucis du roman reste sa traduction. Je suppose qu'il a été traduit avant la sortie du jeu puisque les termes ne sont pas les mêmes. Ce qui est plutôt dommageable puisque ce roman est certainement destiné avant tout aux joueurs. Ceux qui ont tâté de la VO feront vite le lien puisque la traduction française du roman est très fidèle. Mais les joueurs épris de la VF auront plus de mal. Par exemple, Golefalois devient Redcliff (le terme VO est gardé pour le roman) ;  les engeances sont dans le roman les rejetons obscurs, traduction de darkspawn en VO, et là j'ai mis du temps à percuter, heureusement, j'ai lu beaucoup d'article en VO sur le jeu... Voilà pour les quelques exemples, sachant qu'il y en a pas mal d'autres.

EN BREF :

Un roman un peu longuet à destiner aux plus curieux, à ceux qui voudrait creuser le personnage de Loghain ou découvrir Rowan et Maric, les parents de Cailan. Attention à la traduction qui n'est pas la même que celle du jeu pour les joueurs de la VF.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est un roman-compagnon tiré de l'univers des jeux vidéos Dragon Age.
  • Trois romans supplémentaires ont été publiés en VO : The Calling de David Gaider (se déroule entre Le Trône volé et le jeu Dragon Age : Origins), Asunder de David Gaider et L'Empire Masqué de Patrick Weekes (ces deux romans se déroulent entre Dragon Age 2 et Dragon Age : Inquisition).
  • L'Empire masqué de Patrick Weekes est paru en VF chez Milady.

mardi 23 septembre 2014

A kiss in the dark

Auteur : Cat Clarke

Édition : R (site)

Pages : 393

Prix : 17,90 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Lorsque Alex et Kate se rencontrent, l'attirance est immédiate.
Il a de l'humour, il est beau et un brin timide : tout ce que Kate recherche chez un petit ami.
Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté : Alex ne peut résister à son charme.
L'un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leurs vies...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Malgré que j'avais déjà deviné le nœud de l'affaire rien qu'en lisant le résumé et le titre, il m'aura suffit de la mention "Cat Clarke" pour avoir envie de le lire. Oui, car même si cet auteur a le don de me frustrer au plus haut point avec ses fins, je dois reconnaître la force de ses histoires.

Mais globalement, ce roman contient moins d'émotions fortes, j'ai trouvé l'histoire plus personnelle, plus intime, et le sujet moins "grave" que celui de ses autre romans. Mais c'est mon ressenti personnel bien sûr.

Tout d'abord, le sujet m'a mise vraiment mal à l'aise. Toutes proportions gardées (évidemment, je vais parler nourriture), cela m'a fait penser à toutes ces fois où pour me faire manger un aliment que je refuse d'ingérer (par moralité ou dégoût, bref, c'est MON choix), on m'a menti, et dit en souriant à la fin que j'avais finalement mangé ce que je ne voulais pas. Et j'ai horreur de ça !
Donc, ceci explique cela, je n'ai pas du tout apprécié les agissements d'Alex. Pour moi, Alex fait preuve de malhonnêteté, et ne respecte pas Kate. C'est clair et net. Surtout qu'Alex sait ce qu'il fait dès le départ...

Du coup, j'ai trouvé Alex et Kate beaucoup moins attachants. Ce sont deux personnages qui s'embarquent dans des mensonges plus gros qu'eux. Ils pourraient arrêter le cercle infernal à n'importe quel moment, mais ils préfèrent se voiler la face et s'enfoncent. Ce qui fait que j'ai eu vraiment du mal à les prendre en pitié. Je ne me suis pas du tout attachée à eux au final et n'ont pas vraiment provoqués d'émotions en moi, contrairement aux personnages des autre romans de Cat Clarke.
Je n'ai pas non plus trouvé leur relation attendrissante puisqu'il y avait la présence de trop nombreux stéréotypes sur la différence fille/garçon. Peut-être ai-je mal interprété les propos de l'auteur, peut-être voulait-elle dénoncer cela, mais ça n'a pas marché (la preuve, si je me pose ces questions...). Le garçon taciturne, la fille bavarde, à la chambre rose, qui rêve, est étourdi, mignonne... Et c'est ce côté fi-fille qui attire Alex. Ce genre de trucs a le don de m'agacer au plus haut point.

Les personnages secondaires sont moins importants également, le roman reste très centré sur Alex et Kate. Seul le frère d'Alex prend un peu de place. C'est d'ailleurs la relation entre Alex et son frère qui m'a le plus plu dans ce roman. C'est vraiment très beau, et c'est sans chi-chi qu'on comprend qu'ils s'aiment énormément.

EN BREF :

Je n'ai au final pas retrouvé la force que l'on retrouve habituellement dans les romans de Cat Clarke dans A kiss in the dark malheureusement. Si vous ne devez lire qu'un seul Cat Clarke, je ne vous conseillerais pas celui-ci...


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


Merci à la collection R pour cette lecture !

jeudi 18 septembre 2014

Night School - Tome 4 : Résistance

Auteur : C. J. Daugherty

Édition : R (site)

Pages : 395

Prix : 17,90 €

Public : 12 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Allie Sheridan a trouvé un refuge secret en Provence. Elle parvient presque à s'y croire en sécurité... jusqu'à ce que les hommes de Nathaniel l'attaquent. Une fois de plus, elle est forcée de fuir et de retourner au seul endroit où elle se sent chez elle : l'académie Cimmeria.
Allie reconnaît à peine les lieux. La paranoïa y atteint des sommets. La plupart des étudiants ont déserté l'école. Les professeurs ne sont plus dignes de confiance. Ce sont désormais les gardes qui prennent les choses en main... Plus grave, Nathaniel semble sur le point de remporter l'ultime combat.
Carter et Sylvain sont tous deux prêts à s'engager dans la bataille aux côtés d'Allie et à lui prouver leur amour. Elle va devoir faire un choix. Cruel, déchirant, le plus difficile de sa vie. Car ni l'un ni l'autre ne l'attendront éternellement...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Attention : risque de spoilers sur les tomes précédents !

Après un tome précédent meilleur que le tome 2 mais qui m'avait quand même un peu déçu sur la seconde moitié, j'attendais cette suite avec impatience, curieuse de voir si ce tome 4 continuerai dans la même lignée.

Et pour faire court : j'ai dévoré ce quatrième tome ! J'ai eu beaucoup de difficulté à le lâcher, et ça faisait longtemps que ça ne m'était plus arrivée (beaucoup trop longtemps !). J'ai retrouvé le plaisir de lire à travers les personnages du roman, leur relations, les amitiés plus solides que jamais dans notre groupe de personnages soudées.

La romance qui m'avait pas mal déçue dans le tome précédent prend ici une tournure que j'ai apprécié (hyper apprécié même). Bon, ça tourne autour du pot pendant pas mal de temps quand même, mais la dernière partie du roman laisse à penser que c'est désormais définitivement terminé (il y en a qui devrait être ravi après les nombreuses valses d'hésitations d'Allie, quelque peu agaçantes).
Allie sait (enfin !) ce qu'elle veut, définitivement ! Bon, après ce qu'elle disait dans le tome 3, ça pourrait paraître illogique, mais passons. Qui plus est, on voit encore qu'elle a appris de ses erreurs, elle ne fonce plus tête baissée, elle écoute ceux qui ont plus d'expérience et agit en conséquence.

En plus des personnages, j'ai retrouvé Cimmeria, son ambiance particulière, du danger, l'envie de savoir ce qu'il va se passer la page d'après.

EN BREF :

Un tome réussi, dans la lignée du tome 3, les défauts en moins ! Ce n'est pas bourré d'action à gogo, mais ça, si vous êtes lecteurs de la saga, vous le savez. Je vous avoue que j'ai un peu trop tardé à écrire cette chronique (pas bien...) et que je ne me souviens pas en détails du livre, mais je sais que j'ai pris un plaisir fou à lire cette suite ! Que j'ai retrouvé ce qui fait le sel de cette saga, que j'ai retrouvé mes personnages favoris comme je les aime (Carter, si tu me lis...). Et puis la fin est si terrible que je crève d'envie d'avoir déjà le dernier tome entre mes mains !


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


Merci à la collection pour cette lecture !


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Le tome 5 (le dernier de la saga) paraîtra début 2015 en VF chez R.
  • Chroniques des tomes précédents :

    jeudi 4 septembre 2014

    Le noir est ma couleur

    Auteur : Olivier Gay

    Édition : Rageot (site)

    Pages : 305

    Prix : 11,90 €

    Public : 12 ans et +

    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé :

    Adolescents, Alexandre et Manon sont dans la même classe mais s'ignorent. Lui, bad boy séducteur et boxeur, attend avec ses copains au fond que les cours finissent. Elle, est la meilleure élève. La plus secrète aussi. 
    Un jour, pour gagner un pari, Alexandre invite Manon à boire un pot. Au détour d'une ruelle, il la découvre attaquée par une dangereuse créature. Il vient à son secours. Mais qui est vraiment Manon ?


    L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


    Une bonne couverture, un résumé qui donne envie, un titre bien accrocheur. Comment ne pas avoir envie de le lire je vous le demande ? Ma seule crainte au vu du résumé était que les héros soient trop clichés.

    De fait, la première chose que j'ai noté, et qui m'a assez gêné, ce sont justement les deux héros. Tout simplement car ils sont - justement - trop clichés. D'un autre côté, je ne peux pas dire que c'est complètement irréaliste, parce qu'à 15-16 ans, il faut reconnaître que beaucoup d'ado sont dans le cliché intello/cancre finalement. Je ne pouvais donc qu'espérer que leurs personnalités se complexifient au fur et à mesure de leur aventure.
    Car Alexandre est un vrai petit con, insupportable, mais je gage qu'il va évoluer petit à petit, ça commence déjà ici. Quant à Manon, elle est uniquement centrée sur le travail. Bref, pour moi, difficile de me sentir proche de l'un d'eux. Leur rencontre en revanche m'impatientait parce qu'elle promettait des étincelles entre ces deux-là, si différents.

    Peu de place pour les personnages secondaires en revanche. Ils sont là pour donner un peu plus de réalisme et plus d'humanité aux deux héros, mais ne sont pas vraiment attachants. Ils sont là parce qu'il faut bien d'autres êtres humains. On reste vraiment centré sur nos deux héros et sur l'univers.

    L'univers ne m'a pas déplu, mais ne m'a pas transcendé non plus. J'attendrai d'y entrer un peu plus profondément avant de me forger une véritable opinion. On se situe en fait dans notre univers, mais un élément fantastique est intégré discrètement à notre monde (le propre d'un roman fantastique quoi), et même à notre Histoire (j'espère en voir un peu plus de ce côté-là dans la suite, parce que c'est quelque chose que j'apprécie beaucoup). Mais ce n'est pas un monde à part, c'est vraiment très intégré et invisible pour les humains normaux (cela dit, peut-être que la suite nous dira autre chose, je ne serais pas contre). Un peu plus d'epicness et de grandiose ne me déplairait pas, même si ce genre d'univers n'y est pas vraiment propice.

    EN BREF :

    Heureusement, les aspects du récit que j'ai peu apprécié ont été contre-balancés par pas mal de points positifs. À commencer par la fin (jeu de mot du jour). Une fin que je n'ai, en partie, pas vu venir. Disons que je n'étais pas loin d'avoir deviné mais que ce n'étais pas tout à fait ça en fin de compte.
    Et j'aime quand le titre d'une saga a une vraie signification. Quand les méchants ne sont pas forcément complètement diaboliques, qu'ils ont leurs raisons. Quand finalement, on s'est peut-être trompé sur certains. Quand on se rend compte qu'il n'y a peut-être pas vraiment de bon et de mauvais camp. Quand les deux héros ne se tombent pas dans les bras dès le premier tome. Et ce sont tous ces aspects qui me font attendre la suite avec impatience.



    JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


    Un grand merci aux édition Rageot pour cette découverte !


    LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

    • Ce livre est le premier tome d'une saga (nombre de tomes inconnu).
    • Le tome 2 paraîtra en octobre 2014 chez Rageot.

    mercredi 27 août 2014

    Imposteur

    Auteur : Susanne Winnacker

    Édition : R (site)

    Pages : 340

    Prix : 17,90 €

    Public : 12 ans et +

    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé :

    Rejetée par sa famille à cause de son don, Tessa est accueillie à bras ouverts par la Cellule des aptitudes extraordinaires, branche ultrasecrète du FBI qui recrute des jeunes doués de pouvoirs surnaturels. Après deux ans d'entraînement intense, elle maîtrise enfin le sien : la métamorphose.
    Mais les choses sérieuses commencent vraiment pour Tessa lorsqu'un tueur en série sème la terreur dans une paisible ville de l'Oregon. Pour confondre le meurtrier, elle va devoir prendre les traits de Madison, l'une des victimes, laissée pour morte. Dans le rôle de la brebis sans défense, Tessa attend que le loup vienne parachever son œuvre macabre...
    Si elle déteste cette imposture au quotidien, incarner Madison offre aussi des compensations, celles d'une vie normale que Tessa n'a jamais connue. Au-delà des faux-semblants, des multiples suspects et du danger omniprésent, elle va découvrir l'amitié et une famille soudée. Mais comment se faire aimer pour soi quand on est dans la peau d'une autre ?


    L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


    Ce roman me tentait grâce à son côté super-pouvoirs (parce que, comme toujours, je pense à X-Men), et après la petite déception que fût Glitch compte tenu de ses promesses annoncées, j'attendais plus d'Imposteur. Et même si ce n'est pas exactement ce que je recherchais, ce premier tome fût très sympathique. D'autant que si mon petit doigt ne me trompe pas, je pense pouvoir espérer bien plus de la suite.

    La première chose à savoir, c'est que ce premier tome est très centré sur son héroïne, Tessa. Heureusement, elle est agréable à suivre (sinon ç'aurait été difficile). C'est une jeune fille qui n'a pas eu une enfance standard malheureusement. Et la voir s'attacher à la famille de Madison, elle qui n'en a pas vraiment connu de famille, est touchant. Cela la rend attachante et émouvante. Elle en finit par presque vouloir rester Madison pour toujours, et on ne peut pas le lui reprocher. Pour autant, ce n'est pas une héroïne pleurnicharde, ou bien trop froide. Finalement, en dépit de ses pouvoirs, elle aspire surtout à pouvoir être une ado normale.

    Le seul aspect de Tessa qui m'a rebuté (et le mot est faible, puisque ça m'a carrément gonflé), c'est son obsession pour Alec. Déjà, parce qu'elle n'a d'yeux que pour lui, et surtout parce que je ne comprends pas ce qu'elle peut trouver à ce type qui m'a paru très agaçant.
    Surtout que leur histoire ne subit aucune vraie évolution (et pour moi c'est un passage obligatoire !), puisque ces deux-là sont déjà amoureux, c'est un fait établi dès le début du roman. Tout ce qu'ils font, c'est trouver le moyen de s'esquiver et de se mettre des bâtons dans les roues. Surtout Alec. Alors lui, il est doué pour ne jamais savoir ce qu'il veut. Vraiment, il m'est sorti par les yeux cet Alec ! Ce qui est dommage, parce que je ne pense pas que c'était le but de l'auteur, bien au contraire. Bref, une romance pas drôle et passionnante du tout... Heureusement, la romance n'est pas centrale dans le roman.

    Et puis, grâce en soit rendue à l'auteur, il y a un deuxième personnage masculin qui est venu rattraper le coup pour moi : Devon. Le grand frère de Madison, adorable, attentif, attachant. Je crois que l'affection qu'il a pour sa sœur, dont il est très proche, contribue énormément à le rendre sympathique. Ça s'envoie des piques, mais ils sont complices et s'adorent. Une belle complicité. Et en plus il a de l'humour ! Un personnage qui a un énorme potentiel, je vous le dis.

    Concernant l'intrigue de ce premier tome, le coupable est un peu trop facile à trouver à mon goût. Heureusement, cela ne gâche pas la lecture, qui a d'autres arguments. Tessa, notamment, qui doit apprendre à ne pas perdre son identité à cause de ses pouvoirs, et gérer ses capacités pour ne pas se mettre en danger. Malgré le côté super-pouvoirs, le roman se centre sur l'humanité de Tessa.

    Ce qui m'a manqué, comme avec le premier tome de Glitch, c'est de ne pas voir de scènes de groupe à la X-Men (encore, je sais...). Tessa est finalement très seule dans ce tome. Mais - gros "mais" - ce premier tome introduit de nouveaux personnages à la fin, j'ai donc beaucoup d'espoir concernant la suite. Cette saga ne peut que se bonifier avec le temps.
    Surtout que le thème des mutants (appelés "Variants", ici) utilisés par le gouvernement est intéressant. et que toutes les possibilités induit par ce thème ne sont pas exploitées, ce qui laisse de la matière pour la suite.

    EN BREF :

    En bref, un premier tome très centré sur l'héroïne (heureusement sympathique !), qui aborde un thème intéressant mais peu exploité ici. La romance incluant un personnage masculin que j'ai trouvé antipathique, n'est pour moi clairement ni le sujet principal, ni le point fort du roman. Cependant, le potentiel du roman est réel et la suite devrait sans nul doute se révéler meilleure et épaissir son fil rouge à peine esquissé.


    JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


    Merci une nouvelle fois à la collection R pour cette découverte !


    LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

    • Ce livre est le premier tome d'une trilogie.
    • Droits d'adaptation télévisuelle acquis par Warner Bros.
    • Le tome 2 Defector (titre VO) paraîtra début 2015 en VF chez R.

    mercredi 25 juin 2014

    La Sélection - Tome 3 : L’Élue

    Auteur : Kiera Cass

    Édition : R (site)

    Pages : 337

    Prix : 16,90 €

    Public : 12 ans et +

    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé :

    La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu'elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c'est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux.
    America n'aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du coeur du Prince Maxon. À quelques jours de la compétition, tandis que l'insurrection fait rage aux portes du Palais, l'heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu'une...


    L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


    Attention : risque de spoilers sur les tomes précédents !

    Le tome 1 avait été sympa mais plutôt faible et avait déçue mes attentes. Le tome 2 quant à lui était un peu plus profond, et il était mieux passé parce que je savais à quoi m'attendre après le tome 1. J'ai donc très longuement hésité à lire ce troisième tome. Tout simplement parce que la saga ne m'a pas des masses emballée en fait... Mais bon, au point où j'en étais, je me suis dit que j'allais tenter quand même. Il faut dire aussi que j'avais quand même envie de connaître la fin de cette saga. Et malheureusement, ce dernier tome n'aura pas réussi à me réconcilier avec cette trilogie que je sais pourtant globalement très apprécié. On ne pourra pas dire que je n'ai pas essayé, mais je ne comprends toujours pas la raison de l'engouement autour de cette trilogie.

    Pour moi, cette saga est finalement restée tout du long en surface. Elle est trop simpliste, trop gentillette. Mes espoirs, jusqu'au bout, d'assister à un show télévisuel malsain et sombre sur fond de conflit politique se sont envolés il faut bien le reconnaître. Pour moi, ce sera restée une trilogie mignonne, romantique, un peu immature et peu profonde (malgré certains évènements).

    J'ai trouvé dans ce dernier tome encore trop de facilités, d'évènements arrangeants. Et jusqu'à la fin n'espérez pas d'action. Ce troisième tome est finalement très proche du tome précédent.
    Je pense que cette trilogie aurait pu être condensée en un seul tome sans perdre quoi que ce soit puisque beaucoup de choses se répètent finalement (Maxon et America se disputent, se tournent autour, les quiproquos divers et variés, ...), ce qui me donnait l'impression que l'auteur rallongeait son roman pour en faire une trilogie alors qu'un seul tome aurait suffit. C'est mon ressenti dans tous les cas.  
    Cela dit, si vous avez apprécié les deux premiers, ce dernier tome reste dans sur la même lignée, vous ne pourrez donc qu'apprécier en toute logique. Seule la fin quelque peu rapide risquerait de vous décevoir.

    Maxon, que je trouvais un peu trop lisse et gentil dans le tome 1, me sort par les yeux depuis le tome 2. Et ça ne s'est pas arrangé avec cet ultime tome. Parce que, je veux bien que pour trouver la bonne personne, il faut apprendre à connaître les gens concernés, mais de là à avoir besoin de toutes les embrasser et les tripoter, j'ai fini par me demander si Maxon n'attendait pas que l'une des filles se transforme en grenouille. Et après, il affirme aimer America, alors pourquoi toutes ces hésitations foireuses et ces vadrouillages à droite à gauche !? Franchement, son comportement m'a dégoûté.
    Quant à America, c'est à peine mieux. Bien que j'aime son caractère, le fait de garder Aspen sous le coude au cas où Maxon la jetterait est, je pense, très malhonnête et égoïste. Et je n'arrive toujours pas à me faire au fait qu'elle accepte de se battre pour Maxon alors qu'elle est au courant de ces errances où ils essaient des filles comme on essaierait un vêtement en cabine... Je trouve cela humiliant, et ça ne va pas franchement au caractère trempée d'America, c'est bien dommage...

    Après, il n'y a pas eu que du mauvais non plus. N'exagérons rien. J'ai eu droit à quelques améliorations que j'attendais depuis le premier tome. Notamment sur les personnages. J'attendais que l'auteur rendent certains moins manichéen, et je pensais tout particulièrement à Céleste, la peste de service. Alors certes, un changement est opéré, mais l'auteur s'y est prise maladroitement je trouve. Le changement intervient trop rapidement et radicalement, ce qui ne le rend pas réaliste. Dommage, l'intention était là...
    J'ai apprécié aussi que l'auteur mette un point d'honneur à ne pas faire de malheureux dans ce triangle amoureux (c'est bien le seul évènement un peu trop arrangeant que je n'ai pas boudé). J'aurais par contre aimé qu'on connaisse un peu plus les histoires des autres personnages, malheureusement le point de vue d'America ne nous le permet pas.

    EN BREF :

    Globalement, cette saga partait d'une bonne idée, mais elle sera restée, pour moi, trop simpliste et légère. L'auteur a voulu rester dans un registre léger, romantique, un peu sérieux, et c'est un choix comme un autre. Cela dépend tout simplement de ce qu'on veut lire. Si vous avez aimé les deux premiers tomes, vous apprécierez. Si les deux premiers ne vous ont pas convaincu, ce dernier tome ne pourra pas le faire non plus.


    JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


    Merci à la collection R pour cette lecture !


    LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

    • Recueil nouvelles sorti en VF chez R
    • Chroniques des tomes précédents :

    jeudi 19 juin 2014

    Ici et maintenant

    Auteur : Ann Brashares

    Édition : Gallimard Jeunesse (site)

    Pages : 273

    Prix : 16,50 €

    Public : 12 ans et +

    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé :

    Voici l'histoire de Prenna James, une jeune fille de dix-sept ans qui a immigré aux États-Unis, à New York, à l'âge de douze ans. Mais Prenna ne venait pas d'un autre pays. Elle venait... d'une autre époque, du futur. Prenna et ceux qui ont fui avec elle jusqu'au temps présent, doivent suivre un ensemble de règles strictes pour assurer la survie du genre humain : ne jamais révéler d'où ils viennent, ne jamais interférer dans le cours de l'Histoire, et ne jamais développer de relations intimes avec quiconque en dehors de la communauté. Mais Prenna rencontre Ethan Jarves...


    L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


    L'un des thème principaux de ce roman, à savoir le voyage dans le temps, me plaisait, et c'est surtout cela qui m'a poussé à le lire (et puis si en plus il y a une romance, bingo !). C'est donc pour moi une découverte de l'auteur, que je sais assez connu pour ses romans Quatre filles et un jean.

    Évidemment, ce roman étant un one-shot, qui plus est pas très épais, l'auteur ne va pas au fin fond des choses, ne complique pas énormément l'histoire (surtout sur le sujet de la temporalité qui amène toujours énormément de complications dans les histoires). Ce n'est donc pas une histoire très complexe (mais quand même un peu, temporalité oblige), mais elle reste très plaisante.
    De même on ne s'attarde pas beaucoup sur les personnages secondaires. Nous sommes ici centrés en priorité sur Prenna et Ethan, deux héros bien agréables à suivre. Leur romance est adorable. Je n'ai pas boudé mon plaisir à suivre ces deux-là, deux jeunes presque totalement normaux. La seule chose qui m'a fait tiquer, c'est leur comportement qui m'a fait imaginer pendant un bout de temps des personnages plus jeunes que ce qu'ils étaient. Je leur donnais 15 ans, j'ai donc été surprise lorsqu'il m'a été rappelé qu'ils avaient 17 et 18 ans.

    À part ces points qui m'ont chagriné (mais qui sont toujours la conséquence d'un one-shot), j'ai trouvé le récit bien mené. La période sur laquelle s'écoule le roman est très courte, cela permet de ne pas traîner en longueur. L'auteur ne cherche pas à meubler du vide, et ça fait du bien. On se situe dans un roman entre le thriller de science-fiction et la romance. Et ma foi, ça fonctionne pas mal. On a un récit très équilibré, efficace et qui peut plaire à beaucoup.
    Les premières pages me laissaient présager d'un style agréable. Et en effet, ma lecture fut agréable, ce livre se lit tout seul.

    En tant que Bisounours attitrée (souvent), je reste chagrinée par la fin. Mais force est de constater que l'auteur n'est pas tombée dans la facilité. Tout ne se finira pas bien à 100% (dommage pour moi...) et il faut avouer que cela donne un côté plus mature, plus réaliste à ce roman.

    EN BREF :

    C'est mon premier roman d'Ann Brashares et je dois dire que ce fut une expérience assez positive. Si le roman écope des défauts souvent retrouvés dans des romans uniques, il reste un roman très efficace qui gère parfaitement le mélange romance et thriller de science-fiction.


    JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


    Merci aux éditions Gallimard pour cette découverte !

    mercredi 11 juin 2014

    Les cibles de la tortionnaire [29]


    Petit rendez-vous mensuel qui aura lieu le dernier jour de chaque mois et où je présenterai les sorties du mois suivant qui m'intéressent. Cela sert de rappel (comme ça, je ne zappe pas les sorties, et vous non plus :p) mais également à faire connaître des livres qui me tentent. Je mettrai sûrement cet article à jour au cours du mois car toutes les infos ne sont malheureusement pas tout de suite disponibles ^^.


    SORTIES DU MOIS DE JUIN 2014

    Bon, ben il n'y a pas grand chose qui m'a tapé dans l’œil ce mois-ci ^^. Et ça ne va pas s'arranger avec les grandes vacances qui arrivent où il y a beaucoup beaucoup moins de sortie (cela dit, c'est pas plus mal :p).


    UNE SAISON GOÛT CITRON
    de Joanna Philbin

    Sortie le 2 juin chez Wiz Albin Michel
    14,90 €
    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé : Sous le soleil des Hamptons, la vie est douce et le beau temps semble éternel dans la luxueuse maison de la plage. C’est ce que se dit Rory qui vient d’être engagée au service de la famille Rule. Elle succombe au charme de Connor, le fils aîné de la famille, devient amie avec Isabel, la sœur de ce dernier. À elle les virées en voitures de luxe et les fêtes sur la plage. Jusqu’au moment où les rivalités s’attisent ; on lui rappelle qu’elle vient d’un milieu plus modeste et ne fait pas partie de la famille… Un premier été au goût de citron, à la fois frais et acide…


    LE NOIR EST MA COULEUR
    d'Olivier Gay

    Sortie le 3 juin chez Rageot
    11,90 €
    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé : Adolescents, Alexandre et Manon sont dans la même classe mais s'ignorent. Lui, bad boy séducteur et boxeur, attend avec ses copains au fond que les cours finissent. Elle, est la meilleure élève. La plus secrète aussi.
    Un jour, pour gagner un pari, Alexandre invite Manon à boire un pot. Au détour d'une ruelle, il la découvre attaquée par une dangereuse créature. Il vient à son secours. Mais qui est vraiment Manon ?



    ICI ET MAINTENANT
    d'Ann Brashares

    Sortie le 4 juin chez Gallimard Jeunesse
    16,50 €
    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé : Voici l'histoire de Prenna James, une jeune fille de dix-sept ans qui a immigré aux États-Unis, à New York, à l'âge de douze ans. Mais Prenna ne venait pas d'un autre pays. Elle venait... d'une autre époque, du futur. Prenna et ceux qui ont fui avec elle jusqu'au temps présent, doivent suivre un ensemble de règles strictes pour assurer la survie du genre humain : ne jamais révéler d'où ils viennent, ne jamais interférer dans le cours de l'Histoire, et ne jamais développer de relations intimes avec quiconque en dehors de la communauté. Mais Prenna rencontre Ethan Jarves...


    ELEANOR & PARK
    de Rainbow Rowell

    Sortie le 5 juin chez Pocket Jeunesse
    16,90 €
    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé : 1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths... Et qu'importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.


    LE CERCLE DES 17
    de Richard Paul Evans

    Sortie le 5 juin chez Pocket Jeunesse
    17,90 €
    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé : Michael Vey possède des super-pouvoirs. D'un seul geste, il peut envoyer des décharges électriques de plusieurs milliers de volts. Pratique, quand on est harcelé par les caïds du lycée et atteint de tics embarrassants.
    Michael se croit seul... avant de découvrir que Taylor, ravissante pom-pom girl, est elle aussi «électrique». À peine commencent-ils à comprendre leur secret qu'une mystérieuse organisation, convoitant les pouvoirs des deux adolescents, les prend en chasse...



    A KISS IN THE DARK
    de Cat Clarke

    Sortie le 12 juin chez R
    17,90 €
    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé : Lorsque Alex et Kate se rencontrent, l'attirance est immédiate.
    Il a de l'humour, il est beau et un brin timide : tout ce que Kate recherche chez un petit ami.
    Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté : Alex ne peut résister à son charme.
    L'un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leurs vies...


    NIGHT SCHOOL - TOME 4 : RÉSISTANCE
    de C. J. Daugherty

    Sortie le 12 juin chez R
    17,90 €
    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé : Allie Sheridan a trouvé un refuge secret en Provence. Elle parvient presque à s'y croire en sécurité... jusqu'à ce que les hommes de Nathaniel l'attaquent. Une fois de plus, elle est forcée de fuir et de retourner au seul endroit ou elle se sent chez elle : l'académie Cimmeria.
    Allie reconnaît à peine les lieux. La paranoïa y atteint des sommets. La plupart des étudiants ont déserté l'école. Les professeurs ne sont plus dignes de confiance. Ce sont désormais les gardes qui prennent les choses en main... Plus grave, Nathaniel semble sur le point de remporter l'ultime combat.
    Carter et Sylvain sont tous deux prêts à s'engager dans la bataille aux côtés d'Allie et à lui prouver leur amour. Elle va devoir faire un choix. Cruel, déchirant, le plus difficile de sa vie. Car ni l'un ni l'autre ne l'attendront éternellement..

    mardi 27 mai 2014

    La pire mission de ma vie

    Auteur : Robin Benway

    Édition : Nathan (site)

    Pages : 381

    Prix : 15,90 €

    Public : 12 ans et +

    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé :

    Maggie Silver a ouvert son premier coffre-fort à 3 ans. Quand on est fille d'espions, ce genre de prouesses, c'est la routine. À 16 ans, elle décroche enfin sa première mission en solo. Son objectif : accéder à des infos brûlantes que détiendrait Armand Oliver, journaliste.
    Sa méthode : se rapprocher de son fils, le (trop ?) charmant Jesse.
    Sa couverture : devenir une lycéenne comme les autres.
    Le hic : personne ne lui a expliqué comment ne pas tomber amoureuse de sa cible !


    L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


    Bien que je ne m'attendais pas au livre de l'année en commençant ce roman, je dois dire que j'attendais malgré tout plus que ce que j'ai lu. Je ressors finalement assez déçue de cette lecture.

    L'héroïne, Maggie, qui peut paraître bien sympathique au départ, m'a un peu agacée au fur et à mesure. Tout simplement parce que ses répliques permanentes la rende exagérée. Le personnage n'est clairement pas réaliste, c'est trop. Sa narration est peut-être drôle, dynamique, mais bout d'un moment j'ai trouvé ça lourd.

    Le personnage de Jesse Oliver, qu'on nous vend au début comme un bad-boy rebelle, se révèle quasi dès sa première apparition être le garçon parfait sous tout rapport. Le gendre idéal. Il n'a aucun défaut et en devient du coup d'un lisse ! Il n'y a rien à retirer de ce personnage.
    Sa romance avec l'héroïne est d'une facilité déconcertante (rien que la première rencontre en témoigne, plus facile tu meurs...). On s'attend à ce que ça se cherche un peu vu le profil de Jesse (le profil "vendu" bien sûr...). Eh bien non pas du tout. Ils vont délirer comme des potes, mais jamais on ne ressent de tension entre les deux, de répliques bien senties. C'est mignon et naïf. C'est tout.

    Roux est encore pire que Maggie dans le sens où c'est vraiment un personnage totalement caricatural. Son passé de garce du lycée aurait pu être intéressant si elle n'était pas aussi hystérique et - encore une fois -  caricaturée. Pourtant je la trouvais intéressante au début, mais elle est abordé trop peu sérieusement.
    Mais bon, globalement, les personnages sont vus très superficiellement, ils n'ont pas de profondeur.

    Du côté de l'intrigue, ne vous attendez pas non plus à l'apothéose. Il n'y a pas d'action (sauf dans les dix dernières pages, et encore, c'est expédié à une vitesse !), on est plus centré sur la découverte de la vie adolescente par l'héroïne. Et l'intrigue d'espionnage est finalement très simple.
    C'est vraiment le genre de lecture légère et sans prise de tête en fin de compte. Il ne faut pas s'attendre à plus que du divertissement jeunesse.

    EN BREF :

    Pour conclure, je dirais que c'est une lecture jeunesse, simple et légère. Trop pour moi.


    JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


    Merci aux éditions Nathan pour cette lecture !


    LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

    • Ce livre est le premier tome d'une saga (nombre de tomes inconnu).
    • Le tome 2 Going Rogue est déjà disponible en VO.

    mardi 20 mai 2014

    Lucides

    Auteur : Adrienne Stoltz & Ron Bass

    Édition : R (site)

    Pages : 373

    Prix : 18,90 €

    Public : 15 ans et +

    Commander le livre : sur Amazon

    Résumé :

    Sloane, première de sa classe, coule une existence paisible dans une petite ville côtière des États-Unis.
    Maggie, jeune fille indépendante, entame une prometteuse carrière d'actrice à New-York.
    Tout les sépare, hormis une chose : en dormant, chacune rêve et vit la vit de l'autre jusque dans ses secrets les plus intimes.
    Jamais encore leurs chemins ne s'étaient croisés. Jusqu'au jour où Sloane tombe amoureuse d'un garçon...
    Laquelle est réelle ? Laquelle n'est qu'un songe ?


    L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


    J'ai commencé ce roman sans a priori d'aucune sorte, curieuse de découvrir son contenu. Je n'avais donc pas réellement d'attente particulière. Et malheureusement, entre ce livre et moi, la rencontre ne s'est pas faite...

    Dès les premières lignes j'ai plutôt mal démarré puisque la première chose qui m'a traversé l'esprit, c'est que je n'avais RIEN compris malgré plusieurs relectures. Bon, soit, je me suis dit que ça s'éclairerait certainement plus tard, je n'en étais qu'à la toute première page après tout.
    J'ai donc poursuivi et rencontré Maggie et Sloane, deux filles qui m'ont paru plutôt intéressantes. Les personnages gravitant autour d'elles étaient en plus sympathiques au premier abord et avaient une personnalité bien définie. Là, ça me semblait plutôt bien partie.

    Puis, très vite, le fait de me dire qu'une partie de ce que je lisais n'était peut-être pas réelle est devenue agaçant, pesant. Non, je ne me suis pas amusée à chercher les indices et à faire des suppositions. Au début, oui, mais après, ce doute m'a gâché ma lecture.
    D'autant plus que j'ai trouvé que le roman devenait très vite long et mou. Quelques passages sont sympas, des répliques plutôt bien trouvées, mais ça s'arrête là. J'ai eu l'impression que les auteurs meublaient pour rendre leur roman inutilement long. Bien que je sache que ce n'est pas le genre de roman bourré d'action, je me suis ennuyée. Les évènements ne s'emballent que sur la fin, et même là, vu que j'étais toujours autant dans le flou, je n'ai pas réussie à m'intéresser au roman...

    Du coup, je suis restée extérieure à l'histoire. Rien ne m'a touchée. Même pas les romances qui me paraissaient bien faciles finalement et les personnages masculins concernés bien trop parfaits.
    J'ai juste essayé de le terminer le plus vite possible pour abréger. Et même la fin n'aura pas réussie à remporter mon adhésion. La dernière partie m'a rendue confuse et la fin n'est pas claire pour moi. Je n'aurais même pas eu ça : une fin claire et précise. C'est plutôt le genre à sous-entendre, mais sans qu'on sache si on a vraiment compris dans le bon sens. Surtout qu'on nous laisse certaines choses en suspend...

    EN BREF :

    Ce mystère gravitant autour du rêve n'était pas pour moi. Surtout quand on me laisse autant dans le flou et l'incompréhension. Ennui et incompréhension furent d'ailleurs les deux maîtres mots durant cette lecture.


    JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


    Merci à la collection R pour cette lecture !
    Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...