mercredi 23 novembre 2011

Pour toujours... jusqu'à demain



Auteur : Sarah Dessen

Édition : Pocket Jeunesse (site)

Pages : 453

Prix : 18 €

Public : 12 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Depuis la mort de son père, Macy s'est réfugiée dans sa coquille. Et ce n'est pas sa mère qui trouvera le temps et les mots pour lui parler. Alors, quand son petit ami Jason s'éloigne et passe l'été au "Camps des Cracks", Macy se retrouve livrée à elle-même... Et prête pour des aventures hilarantes, chaotiques, bourrées de rencontres inattendues : voici Delia, Greg... et Tim, un artiste prometteur au passé trouble, qui déboulent sur le chemin de la jeune fille.
Macy aurait-elle trouvé en Tim un cœur blessé comme le sien ? En jouant avec lui au jeu de la vérité, elle mettra au jour les petits mensonges qui plombent son quotidien. Histoire, tout simplement, de réapprendre à vivre.


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Après avoir été déçue par Cette chanson-là du même auteur, j'appréhendais pas mal cette lecture. Heureusement, j'ai passé un très agréable moment avec Pour toujours... jusqu'à demain. J'en suis encore sur mon petit nuage !

L'héroïne m'a plu, bien qu'elle soit assez effacée et se laisse marcher sur les pieds. Mais petit à petit, elle évolue, se décoince et réapprend à prendre plaisir à vivre. La quatrième de couverture ne ment pas là-dessus. Macy et sa mère n'ayant pas encore fait le deuil de leur père et mari, elles se sont toutes deux réfugiées dans une vie parfaite et sans imprévus, se privant sans s'en rendre compte de l'essentiel au fond. La communication entre elles est donc au minimum, même si elle est sans problème. Et Macy passe en plus son temps à veiller sur sa mère et oublie de penser à elle. Alors quand elle va enfin se mettre à avancer grâce à Delia, Kristy, ..., et surtout à Tim, leur relation mère/fille va en prendre un coup. Elle ne se conduit plus comme la petite fille parfaite dont sa mère avait l'habitude et cette étape va être ardue. Car derrière tout cela, c'est finalement le deuil du père de Macy qui est à faire.
Heureusement, la sœur de Macy est là. J'ai beaucoup apprécié ce personnage car elle dit franchement ce qu'elle pense, même si elle doit être la seule à défendre une position que d'autres préfèrent partager en silence. Oui, ça sent le vécu. Et c'est aussi pour ça que je l'ai soutenue. Sans compter qu'elle aide sa sœur et sa mère du mieux qu'elle peut alors qu'elle n'habite plus avec elles.

Tim (Wes en VO - décidément, je ne me ferais jamais à la francisation...) est absolument craquant ! Sérieux quand il le faut, décontracté, discret, compréhensif, attentif aux autres et beau à en faire craquer toutes les filles. Voilà un personnage qui m'a vendu du rêve ! Pour autant, il ne paraît pas surréaliste. Il aurait pu être un artiste torturé, sombre, et j'en passe, au vu de son passé, mais c'est en fait un artiste qui crée les choses sans y réfléchir, comme elles viennent. Il y a d'ailleurs de gentilles moqueries sur ceux qui analysent la moindre œuvre d'art et émettent des hypothèses farfelus sur ce que l'artiste a voulu faire passer. Parce que Tim ne se prend pas au sérieux et que tout ça le dépasse. Ce sont des petits passages qui m'ont fait sourire tellement ils sont vrais. En bref, voilà un love-interest réussi !

Quand aux autres personnages, Delia, Greg, Kristy et Monica, je les ai beaucoup aimés. Ce sont quatre personnalités bien distinctes mais toutes attachantes à leur manière et qui ajoutent des touches de couleurs, d'énergie et d'humour au récit. Sans ces quatre-là, le roman ne serait vraiment pas le même.

Je finis avec ce qui m'a le plus transportée : l'histoire entre Tim et Macy. Vous n'aimez pas comme moi les relations où les personnages se tombent dans les bras dès le début ? Eh bien vous allez être servis. J'ai juste adoré l'évolution de la relation entre Macy et Tim (le mot-clé étant : évolution). De connaissances, ils deviennent petit à petit amis et apprennent à se connaître en jouant au jeu de la vérité qu'ils ont lancé un jour où ils voulaient s'occuper. Puis, peu à peu, on se rend compte (on sait que ça va arriver de toute façon, faut pas se leurrer) que c'est un peu plus que de l'amitié qui s'installe. Mais chacun est casé. L'ambigüité arrive et les malentendus avec. Puis, certaines phrases nous mettent la puce à l'oreille et on trépigne d'impatience en se disant "Mais c'est quand qu'ils vont pigeeeeeer !?".
Le chemin est long car tout cela n'arrive que vers les dernières pages. Mais c'est justement ce que j'ai aimé, le fait que ces deux personnes apprennent vraiment à se connaître pour que les sentiments s'installent progressivement. Et puis c'est juste hyper mignon quand même !

EN BREF :

Je suis totalement conquise par cette romance tout en douceur ! Mais aussi par les personnages, leur évolution et les thèmes abordés toujours avec autant de délicatesse comme le deuil ou les relations mère/fille.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :

5 commentaires :

Les Passions des Amoureux du Quai a dit…

ça a l'air pas mal ! :)

Kelith a dit…

En tout cas, j'ai apprécié ma lecture, ça c'est certain =).

Mélanie a dit…

moi aussi je l'ai bien aimé ce livre. et c'est vrai que, pour une fois, il n'y a pas un coup de foudre dès le premier rendez-vous, ça fait du bien !

Luthien a dit…

Je commencerai peut-être par ce titre plutôt que par le précédent que tu as lu !

Kelith a dit…

@Mélanie : Contente qu'on l'ai toute deux apprécié ! :D Et tu as bien raison, ça fait du bien qu'il n'y ait pas de coup de foudre !

@Luthien : J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi si tu commences par celui-là ^^.

Enregistrer un commentaire

Un grand merci pour vos petits (ou grands) mots ! =)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...