lundi 20 janvier 2014

Revanche

Auteur : Cat Clarke

Édition : R (site)

Pages : 491

Prix : 18,50 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

La vie est injuste.
Jem Halliday est amoureuse de Kai, son meilleur ami, qui est gay. Pas vraiment l'idéal, mais Jem s'est faite à l'idée.
La vie est cruelle.
Une vidéo de Kai en compagnie d'un garçon a été postée sur Internet. Il ne l'a pas supporté et s'est suicidé.
Sa vie ne sera que vengeance.
Quoi qu'il lui en coûte, Jem a décidé de découvrir qui sont les responsables, et de les faire payer, un à un, jusqu'au dernier...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Il faut le savoir, quand on lit du Cat Clarke, les histoires finissent rarement bien. Ici, c'est encore pire. Je m'étais spoilée la fin sur le net (de façon volontaire, une vilaine habitude...), et j'avais vraiment très peur de me plonger dans ce récit. Mais j'ai plongé quand même, parce que Cat Clarke est un auteur incontournable dont je ne peux pas nier la force des récits et donc passer à côté. Encore une fois, je me suis fait piégée par l'histoire. Je ne pensais pas autant vu que je connaissais la fin. Mais bim ! Elle m'a eu. Même si je hais cette fin. Littéralement. Pour moi, c'est la pire des trois romans que j'ai lu de cette auteur, et c'est encore une fois ce qui me gâche un peu le plaisir...

Tout d'abord, j'ai rarement vu une héroïne se voiler autant la face que Jem ! C'est hallucinant ! Et un peu (beaucoup) insupportable aussi... En lisant son histoire, j'ai tout de suite fait le parallèle avec Antigone de Jean Anouilh (un des seuls livres scolaires qui m'a plu...). Des héroïnes butées et qui le regrettent lorsque c'est trop tard. Je comprends que sa colère la pousse à faire des choses stupide, à devenir naïve, à trouver les premiers coupables qui lui conviennent. Cependant, cela se déroule sur un an ! Elle aurait pu réfléchir, prendre du recul ! Mais non, elle s'obstine à un niveau surnaturel... Elle s'échine toujours à voir le mauvais côté. Pour elle, quelqu'un ne peut pas être gentil sans avoir une idée derrière la tête, c'est énervant !
Je n'ai pas pu m'empêcher de passer presque tout le roman à psychanalyser Jem. Jem est une fille qui ne s'aime pas et qui reporte toute son affection sur Kai. Elle le met sur un piédestal, le déifie presque. J'ai trouvé ça malsain. Leur amitié est belle et le serait encore plus si Jem se mettait sur un pied d'égalité avec Kai. Et si Kai est adorable, il n'est pas parfait, comme tout le monde, ce que Jem a tendance à oublier.
Ce qui m'a énervé de la part de Jem également, c'est que du fait qu'elle se focalise entièrement sur Kai, le reste du monde devient inintéressant. Elle critique les gens "populaires" qui dédaignent les autres, mais elle fait exactement la même chose. N'importe qui devient "chiant" et "superficiel", alors qu'elle ne cherche pas à connaitre, elle juge au premier regard. Encore quelque chose qu'elle reproche à d'autres pourtant... Elle a une vision simpliste des personnes, il n'y a apparemment qu'elle et Kai qui échappent au moule. Et quand elle est enfin confrontée à la réalité, qui va à contre-courant de ses idées reçues, elle se voile encore la face. Eh oui, les apparences sont parfois trompeuses, tout le monde a ses problèmes, et jusqu'à la toute fin elle s'en apercevra.

Cependant, Louise reste pour moi le personnage le plus détestable du roman (ce qui en dit long...). Pas une seule fois je n'ai réussi à la prendre en pitié.
Heureusement qu'à côté, on a des tas de personnages attachants. Bon, certains démarrent vraiment très mal (Stu notamment...), mais on les découvre autrement au fur et à mesure. Ce sont des personnes avec leur qualités, leurs défauts, leurs problèmes. Des personnages entiers, comme tout le monde finalement. Et Jem a du mal à le comprendre. Ce sont eux qui éclairent le chemin de Jem et notre lecture finalement.

Bien sûr, l'homosexualité est un thème important dans ce roman, mais moins que je ne le pensais. En fait, si dans la vidéo concernée, Kai avait été une fille, il aurait subi un traitement aussi horrible (les actualités sont malheureusement là pour nous le rappeler...). Mais évidemment, c'est pire pour Kai dans un sens (encore que, peut-on vraiment hiérarchiser cela ?), puisqu'il vit dans un monde où il est un "problème" pour certains (encore trop à mon humble avis...). Il n'était surtout pas prêt à assumer à la face du monde son homosexualité et encore moins à subir le harcèlement qui suit... Si l'on vivait dans un monde où on se moquait de la sexualité de chacun, ce genre d'anxiété n'existerait pas, et je reste persuadée que Kai aurait pu gérer le contenu de cette vidéo. Et encore, je me dis que Kai a eu des parents tout à faits ouverts, ce qui n'est pas le cas de tout le monde...
Le plus horrible pour moi, a été de me demander si Kai avait regretté sa décision au dernier moment. Parce que le suicide n'est pas une envie de mourir, mais la seule façon d'arrêter de souffrir pour certains...

La fin est in-sou-te-na-ble. J'ai fait l'erreur de la survoler, puisque je devais malheureusement reposer le livre alors que j'approchais de la fin. Et je n'aurais pas dû. C'est si horrible que j'ai mis des semaines et des semaines avant de pouvoir le reprendre et le finir. Donc, un petit conseil : ne faîtes pas comme moi.
Pourtant j'ai bien failli le lire d'une traite tant c'est une histoire addictive. On sent que ça va mal se finir toute cette histoire et pourtant on ne peut pas s'empêcher de plonger. Mais la toute fin est vraiment du gâchis. J'ai détesté. J'ai trouvé ça assez stupide comme fin... Elle m'a même fait penser à une célèbre trilogie dont je tairais le nom pour ne pas spoiler (sauf que là ça passait beaucoup mieux qu'ici où ça me semble totalement incongru).

EN BREF :

Dans tous les cas, même si l'héroïne m'a vraiment énervé, cette lecture ne m'a pas laissé indifférente. C'est même tout l'inverse, j'étais dedans, à m'énerver, à rager. Un roman signé Cat Clarke, c'est la garantie d'une histoire forte, sans tabous et sans concessions. J'ai toujours beaucoup de mal avec sa façon de terminer les romans, mais je ne perds pas espoir.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


Merci à l'équipe de la collection R pour ce roman !


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Puisque ce roman est l'occasion parfaite, pour ceux qui ne connaissent pas (encore), il existe en France une association, Le Refuge, qui héberge et accompagne les jeunes victimes d'homophobie. N'hésitez à faire un tour sur le site ou à aider l'association si vous le souhaitez et le pouvez.

3 commentaires :

Anne-C a dit…

Je suis d'accord avec ton avis et je suis contente que tu ai aimé :D

Noémie .P a dit…

On est d'accord Jem est insupportable!^^

Kelith a dit…

@Anne-C : Et j'aurais pu passer à côté, ç'aurait été dommage ^^.

@Noémie .P : Oh que oui ! J'ai rarement vu ça chez une héroïne ! ^^

Enregistrer un commentaire

Un grand merci pour vos petits (ou grands) mots ! =)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...