mardi 30 novembre 2010

Rouge

Auteur : Kristin Cashore

Édition : Hachette Jeunesse (site)

Pages : 425

Prix : 18 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

La contrée de Dells vit des temps troublés. Des seigneurs rebelles lèvent des armées pour détrôner Nash, le nouveau roi de King’s City. Alors que la guerre se prépare, celui-ci fait appel à Rouge, la dernière femme-monstre, une jeune fille de dix-sept ans à la beauté irrésistible, qui a des dons de télépathie : grâce à ses pouvoirs, elle peut lire les pensées des espions et les forcer à parler. Rouge se lie à Roen, la reine-mère, ainsi qu’à Brigan, l’un de ses fils, au grand dam d’Archer, un jeune homme avec qui elle a été élevée et qui est épris d’elle depuis toujours. Mais d’autres menaces rôdent : Leck, ainsi qu’un mystérieux chasseur…


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Attention : risque de spoilers sur Graceling !

Le prologue place une ambiance assez malsaine et m'a mise vraiment mal à l'aise face à la présentation de ce personnage, dont on ne fait la rencontre qu'à la fin du roman. Mais voilà, on nous montre directement les dérives de ces pouvoirs et on sait où on met les pieds.

Bien que j'ai trouvé le monde un peu trop bizarre (avec ces "monstres" animaux ou humains, tous de couleurs vives), je m'y suis faite rapidement. On a en plus des explications très claires sur le passé du royaume et de Rouge. Du coup, je suis rentrée dedans assez facilement.

Rouge est une héroïne très intéressante et très travaillée. Elle ne s'aime clairement pas pour des raisons qu'on devine, et d'autres qu'on apprendra plus tard. Elle refuse complètement son pouvoir et sa beauté dont elle a honte et personne ne peut l'aider ni ne peut la comprendre, car elle est la seule monstre humaine de Dells. Elle est en plus terrifiée à l'idée de devenir comme son père.
Rouge a l'habitude d'être constamment en danger (elle porte les marques de ces agressions), car les monstres animaux sont attirés par sa chair (il est souvent question de rapaces) et n'hésitent pas à l'attaquer. Elle vit donc enfermée et fréquente peu de personne. D'autant plus que sa beauté et l'histoire de son père déclenchent souvent des réactions excessives chez les gens. Mais cet enfermement lui pèse.

Les autres personnages, à défaut de me faire rêver (comme Brigan, physiquement peu avenant, ou Archer, mentalement insupportable), sont aussi très complexes et intéressants à découvrir au fur et à mesure, chacun ayant ses démons et un passé pas forcément reluisante.

Mais Rouge va être amenée à découvrir le monde autour d'elle, parce qu'elle veut découvrir l'identité de celui qui semble la poursuivre. Sans compter que le royaume de Dells étant en danger, la reine a besoin de ses pouvoirs (même si Rouge se refuse à les utiliser pour des raisons politiques). Elle fait connaissance avec d'autres personnages, les habituels n'étant plus présents, et nouent des affinités qui évolueront de façon inattendues. Et c'est là que débute le parcours initiatique de Rouge, car elle apprendra à s'accepter pour ce qu'elle est, à comprendre que ses pouvoirs ne sont pas honteux et qu'elle peut choisir de quelle façon elle veut les utiliser. Une grande partie du livre suit l'évolution psychologique de Rouge, puis l'action va crescendo avec toutes les manœuvres politiques que ça comporte, jusqu'à la guerre.

Pendant la moitié du roman, l'histoire ne me passionnait pas plus que ça, mais c'est une fois arrivée à un peu plus de la moitié du livre que mon intérêt est allé grandissant. Des liens qu'on ne soupçonnaient pas existent entre les différents protagonistes, des zones d'ombres s'éclairent, Brigan et Rouge sont touchants, et la romance est on ne peut plus naturelle et adorable.
Mais ce que je retiens surtout, c'est tous ces personnages fascinants et cette touche de féminisme. Les personnages féminins sont tout sauf des cruches et certaines sont même soldats dans l'armée de Dells (c'est pas souvent que je vois ça).

En revanche, il y a une chose qui m'a vraiment gêné : c'est le fait que Brigan et Rouge ne fassent pas du tout leurs âges. Elle a dix-sept ans et lui vingt-deux ans, pourtant ils donnent l'impression d'avoir une trentaine d'années. C'est logique, vu leurs personnalités et leurs passés respectifs, mais ça m'a pas mal perturbée.
Je n'ai pas non plus aimée la relation qu'entretenait Archer et Rouge, mon côté romantique sûrement ;). Mais je tiens à noter un passage (pourtant pas très important dans l'histoire...) le concernant qui m'a vraiment marqué. C'est celui où Archer sort de la forteresse et tire des flèches plus vite que son ombre pour sauver Rouge des rapaces. J'ai adoré ce moment ! Et je ne peux pas m'empêcher de penser que, dans un film, la scène aurait été splendide, même si elle l'était déjà dans le livre (c'est juste une petite anecdote de ma lecture, parce que je m'en souviens très clairement tellement l'image s'est imposée dans ma tête).

EN BREF :

Au début, ça ne me branchait pas plus que ça car les personnages ne me plaisaient pas vraiment, mais plus on s'accroche, plus ça devient addictif. Arrivée à la fin, pleine d'émotion, j'avais le sourire aux lèvres, ravie du sort de la plupart des personnages, alors je peux maintenant dire sans hésiter que cette lecture m'a vraiment plu, même s'il lui a fallu du temps pour m'avoir.
Étrangement, je suis encore plus enthousiasmée par cette lecture après l'avoir fini, comme si je réalisais après coup. Donc, je tenterais bien Graceling, du même auteur, qui est une histoire qui se déroule dans le même monde mais dans un royaume différent.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est un prequel à Graceling.

lundi 29 novembre 2010

Les victimes de la tortionnaire [3]


Petit rendez-vous totalement aléatoire où je présente mes achats livresques personnels, et uniquement ceux-ci. Autrement dit : mes "victimes" ! ;)


Hier, je me suis rendue à la 9 ème édition de Livres en Marches qui se déroulait le 27 et 28 novembre aux Marches, en Savoie (pas à la portée de tout le monde, je sais).

 

Je ne connaissais pas du tout ce salon, mais pour les amoureux des livres et ceux qui veulent acheter sans se ruiner le porte-monnaie, c'est vraiment un bon plan. Bourse aux livres, stands où les auteurs (savoyards) présents dédicacent et vendent leurs livres, conférences, buvette, tombola, tout y est.

Le hic, c'est le monde qu'il y a ! Je ne compte plus les fois où je me suis contorsionnée pour parvenir à passer entre les gens (ça m'aura fait faire du sport au moins...). Et les livres d'occasion vendus sont tellement en bordel, que j'ai eu la flemme de regarder les tranches pour en trouver un qui aurait pu me plaire. 

Mais je suis quand même tombée totalement par hasard sur Tatiana et Alexandre (de Paullina Simons), en bon état, et pour 2 euros. J'ai un peu rechigné à le prendre parce que la couverture était un peu abîmée (et que je suis une grosse maniaque), mais ma mère m'a presque forcé la main xD. Je l'ai déjà lu, mais il n'est pas à moi malheureusement. Du coup, maintenant j'ai le mien :p. Me manque plus que le premier tome : Tatiana.


Je suis un peu dégoûtée, parce qu'à avoir la flemme de regarder tous les livres, j'ai peut-être louper des perles...
Donc j'y retournerai l'année prochaine, ça, c'est sûr. Mais le premier jour et dans les premières heures, quand les livres seront suffisamment organisés pour que j'ai envie de vraiment chercher.


PS : Le site du salon : www.livresenmarches.com

vendredi 26 novembre 2010

Tour B2, mon amour

Auteur : Pierre Bottero

Édition : Flammarion (site)

Pages : 155

Prix : 7 €

Public : 12 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Tristan partage sa vie entre le collège et la rue de Vienne, notamment la tour B2, où il habite avec sa mère. Il a réussi à se faire respecter dans cette sinistre cité, dont aucun des usages ne lui est inconnu. Le jour où Clélia, avec son petit air égaré, débarque en classe de français, un sentiment étrange envahit l'adolescent. Pourquoi cette fille si différente réussit-elle à l'ébranler jusqu'au plus profond de son être ?


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Je l'aurais jamais lu si je ne l'avais pas vu là, comme ça, juste devant moi. Et j'aurais certainement raté quelque chose.

L'histoire de Tristan et Clélia est vraiment mignonne, ça se construit petit à petit, c'est l'adolescence, les hormones travaillent mais ils n'y sont pas tout à fait préparés. Et dans le même temps, la cité ajoute la dureté qu'il faut pour ne pas que ça devienne trop gnan-gnan.
Il y a les copains, ce que Tristan doit leur montrer et ce qu'il faut qu'il leur cache. Il ne doit pas avoir de sentiments, la cité lui met clairement des bâtons dans les roues. Il y a la peur de se faire rejeter, le désir, les déceptions, la violence. Le monde machiste qui y règne m'a fait froncer les sourcils, mais on évite les clichés. Non, les jeunes ne deviennent pas tous des dealers avec le quotient émotionnel d'une moule, mais il y en a. Par exemple, l'ami de Tristan, quoique un peu dur, n'est pas celui que l'on s'imagine. C'est un garçon à deux faces, malgré ses manières et son langage.

Clélia est très attachante dès le début, mais elle m'a vite agacé par sa façon de parler et son comportement parfois trop exagérés. C'est un personnage totalement surréaliste, trop irréel, j'ai eu l'impression qu'elle était idéalisée par l'auteur. Ses tirades m'ont souvent fait hausser les sourcils. Parce que tout le monde à tendance à  adapter son vocabulaire à son interlocuteur, et on n'a l'impression que de son côté, elle ne fait aucun effort. Sauf à la fin, elle m'a surprise.
Quant à Tristan, le héros, c'est le p'tit gars paumé qui suit le mouvement mais qui va trouver la force de rester lui-même et d'assumer ce qu'il aime et ce qu'il est grâce à Clélia.

Il est clair que les envolées lyriques des deux amoureux sur la fin m'ont laissé un peu perplexe, mais c'est une histoire attachante, attendrissante, pleine d'espoir et de bons sentiments, alors que l'environnement n'y est pas forcément propice.
C'est aussi une histoire de collégiens (c'est pour ça que ça ne m'attirait pas au départ) et nul doute que ça leur plaira.

EN BREF :

C'était vraiment une lecture plaisante, mignonne, très rapide mais lumineuse, et avec une fin heureuse. Mais trop jeunesse pour moi.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :

mardi 23 novembre 2010

Dark Divine

Auteur : Bree Despain

Édition : La Martinière Jeunesse (site)

Pages : 376

Prix : 13,90 €

Public : 12 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Grace Divine fait de son mieux pour être à la hauteur des attentes de sa famille. Mais quand son premier amour et le pire ennemi de son frère, le mystérieux Daniel, revient en ville, tout bascule. Grace doit choisir entre son attirance grandissante pour lui et sa loyauté envers son frère. Or, en se rapprochant de Daniel, elle va découvrir une vérité effrayante et inconcevable qui va bouleverser sa vie entière.


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Ça ne fait pas un pli : j'ai été super emballée dès les premières pages !

J'ai commencé le livre et suis tombée directement sur Grâce, une héroïne incroyablement normale, puis dans la foulée, on rencontre Daniel. Un Daniel sauvage, sombre et effronté, à mille lieues de celui que connaissait Grâce trois ans auparavant. Car elle n'a plus eu de nouvelles de lui depuis qu'il a disparu ce fameux soir où son frère est rentré couvert de sang. Elle n'a jamais su ce qui s'était passé et personne n'ose en parler, mais le voilà de retour. Malheureusement, et sans qu'on sache pourquoi, Daniel est devenu un sujet tabou dans la famille Divine, et son retour n'a pas l'air de plaire à Jude, le frère de Grâce, qui lui ordonne de rester éloigné de lui. Mais Grâce est bien déterminée à découvrir la vérité par ses propres moyens et se rapproche de Daniel, son béguin de jeunesse. Mais l'arrivée de Daniel et de ses secrets coïncident curieusement avec le retour du monstre qui sévissait en ville plusieurs années auparavant.

J'ai vraiment beaucoup apprécié Grâce, qui est une fille normale (je l'ai déjà dit ça... xD). Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds (il suffit de voir ses retrouvailles avec Daniel pour s'en convaincre), mais ce n'est jamais exagéré, car elle se fait aussi clouer le bec parfois. Elle paraît peut-être un peu trop sage, mais étant donné qu'elle est la fille d'un pasteur assez réputé, elle est obligée d'être exemplaire, sinon elle sait qu'on ne la ratera pas. Le seul avec qui elle peut vraiment se "lâcher", c'est Daniel, c'est le seul avec qui elle ne prend pas de gants et montre un côté assez autoritaire (c'est d'ailleurs à cause de son langage que James, son petit frère, se met à balancer des "pitain" de partout, ça m'a bien fait rire :D).
Si sa famille m'a immédiatement fait penser à celle de 7 à la maison, heureusement, elle n'est pas aussi parfaite. Parce qu'on se rend vite compte que c'est une famille avec beaucoup de secrets et qui évite consciencieusement les sujets tabous.

Mais le gros point fort du roman pourrait se résumer à un seul mot : Daniel.
Il n'est pourtant pas dépeint en termes mielleux et dégoulinants de beauté, mais j'ai succombé au charisme de dingue qu'il dégage ! Il me fait penser à Patch, c'est vous dire si je l'ai adoré ! 
Un vrai badboy aux répliques bien senties, sombre et mystérieux, avec ses coups de sang. Le bémol, c'est qu'il finit par se ramollir par la suite et par devenir plus un amoureux transi qu'autre chose, et je ne pense pas que ça s'arrange dans la suite... Et c'est d'autant plus dommage que la tension qui régnait entre Daniel et Grâce semblait prometteuse, mais le piquant de leur relation s'estompe au fur et à mesure, en même temps que la couleur de cheveux de Daniel. Néanmoins, leur romance est plus qu'agréable à suivre, et malgré ces petits points négatifs, j'ai adoré (j'étais vraiment à fond dedans !).

Concernant les autres personnages, je crois que je fais une overdose des "meilleures amies" des héroïnes... c'est simple, j'ai l'impression que ce sont toutes les mêmes d'un livre à l'autre : elles ne servent à rien.
En revanche, contrairement à Daniel, Jude, le grand frère de Grâce, gagne en relief au fur et à mesure des pages, alors que son côté "gentil" m'avait laissé assez sceptique au départ.

Le côté original du roman, c'est que la religion est omniprésente, mais je n'ai pas trouvé ça agaçant, c'est ce qui fait partie de l'histoire et de Grâce aussi puisqu'elle est fille de pasteur (je précise que je suis athée, et j'ai survécu ;)). Et puis, le côté religieux n'est pas là qu'en tant qu'ambiance, il y a véritablement un lien avec l'histoire.

EN BREF :

Personnellement, je ne me suis pas ennuyée, parce Daniel est un personnage haut en couleur et que je m'étais beaucoup attachée à Grâce et à ce qu'ils construisent ensemble, sans compter les secrets qu'on veut découvrir à tout prix.
De plus, le mystère qui entoure Daniel est vraiment bien distillé au travers des flashbacks de Grâce, qui nous donnent de plus en plus d'indices. J'ai trouvé que c'était une façon intéressante de nous amener à des conclusions. Un vrai jeu de piste. J'étais totalement addict, les yeux littéralement collés aux pages. Et ce, même si l'action n'arrive qu'à la fin. Car j'ai eu du mal à lâcher le roman tout du long et que je l'ai littéralement dévoré (j'ai été obligée de m'arrêter à dix pages de la fin, la torture ! J'ai cru que j'arriverai jamais à dormir !). Je me suis fait mener par le bout de nez sur toutes les fausses pistes pour en arriver à une fin complètement imprévisible et qui présage forcément d'une suite que j'ai hâte de lire !
Bon, je ne vais pas plus m'étaler, parce que vous l'aurez compris : je suis fan ! (De Daniel surtout ! Non, mais pas que pour ça quand même... =D)



JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est le premier tome d'une trilogie.

mercredi 17 novembre 2010

[Fan Trailer + Scène] Hunger Games

Artwork de Tenara Tristia


Me re-voilà avec une nouvelle bande-annonce de fan qui mérite d'être regardée et une scène entre Katniss et Rue (tirée du premier tome) que j'ai trouvé vraiment très bien retranscrite, surtout pour une production de fan, parce que d'habitude, je ne trouve pas les tournages amateurs très réussis. Mais là, pour le coup, cette scène m'a tué !
Et pour rester dans le ton de la seconde vidéo, je vous fais aussi partager l'artwork juste au-dessus, que j'ai trouvé juste magnifique et plein d'émotion, surtout pour ceux qui savent d'où c'est tiré ;).


Attention : ÉNORME spoiler concernant le tome 1 : Hunger Games dans la seconde vidéo !! (pas de danger pour le Fan Trailer, je trouve que ça reste assez incompréhensible pour ceux qui n'ont pas lu Hunger Games :p)


Fan Trailer de Hunger Games




Scène entre Katniss et Rue tirée de Hunger Games - Tome 1
(par MainstayPro)

mardi 16 novembre 2010

De toute mon âme

Auteur : Rachel Vincent

Édition : Darkiss (site)

Pages : 503

Prix : 11,50 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Apparemment, Kaylee est une fille comme les autres. Pourtant, depuis quelque temps, elle pressent la mort imminente de jeunes filles de son entourage. Pourquoi ? Et à qui confier ses sombres intuitions sans passer pour folle ? Alors qu'elle se croit désespérément seule, c'est Nash, le garçon qu'elle aime en secret depuis des mois, qui va lui tendre la main - et lui révéler que, comme lui, elle est une banshee...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Franchement, au départ, je suis restée assez sceptique.
Pour commencer, Kaylee est une héroïne banale et légèrement déprimante, et son rapprochement avec Nash est tout sauf crédible. Parce que Mister Nash, notre personnage masculin principal, la remarque du jour au lendemain grâce à sa voix. Certes, mais le p'tit père, ça fait un bout de temps qu'il est dans ce lycée et c'est juste maintenant qu'il entend sa mâââgnifique voix qui sort du lot et qui porte au-dessus de toutes les autres ? Qui plus est, ils deviennent proches beaucoup trop rapidement et Kaylee se confie à lui trop facilement. Et pour expliquer le fait qu'elle ne se confie qu'à lui, l'auteur se contente de lui trouver des excuses bidons. Sans compter que Nash et Kaylee passe d'une relation au stade de zéro à "on est supers amis !!" à la vitesse de l'éclair. Et bien sûr, Kaylee ne lui résiste pas (ou si peu), cela va de soi, et c'est dommage.
En résumé, leur amour soudain m'a laissé... euh... comment dire... perplexe.

L'avantage, c'est que, si l'histoire romantique n'a aucun intérêt, elle finit pas passer à l'arrière-plan, derrière  l'enquête de-la-mort-qui-tue-des-jolies-filles-qui-n'étaient-pas-prévues-au-programme, le côté fantastique et les personnages. De toute façon, il n'y avait pas grand chose à dire sur le couple que forme Nash et Kaylee, ils sont casés rapidement, sans qu'il y ait d'hésitation à propos de leur relation. Et ça, pour moi, c'est le gros point négatif. Il n'y a pas de tension ni de construction entre les deux, alors que j'aime bien quand ça se cherche un peu, que ça se renvoie les balles et que ça se tourne autour.

Mais malgré tout ça, l'histoire est bien menée et j'ai accroché, même si je ne l'ai pas dévoré comme une dingue.
Honnêtement, j'ai trouvé que ça tournait un peu trop autour du pot pendant une bonne partie du livre, et puis, une fois la nature de Kaylee révélée pour de bon, les choses intéressantes commencent enfin.
On s'attaque à la mort, à son organisation, à ceux qui y jouent un rôle, et ça en revanche, j'ai adoré. On apprend l'existence des Faucheurs, et les pouvoirs et fonctions de chaque créature sont bien expliqués. Du coup, une fois plongée dans l'univers fantastique avec ses secrets et ses créatures ténébreuses, ça devient fascinant. En plus, les banshees sont un sujet original puisque je ne les ai jamais vues abordées en lecture pour l'instant.

Et s'il y a un truc que je n'ai vraiment pas vu venir, c'est la fin. C'est très précipité, mais c'est ce qui m'a plu : tous ces évènements qui se succèdent sans temps morts et ces révélations qui arrivent les unes après les autres.

Au niveau des personnages, il y a un peu trop de clichés façon American High School (surtout concernant la cousine, forcément jolie et détestable, et pom-pom girl), même si la palme du moins profond est détenue par Nash (c'est dingue comme il ne m'a fait aucun effet !).
Mais il y a quand même quelques bonnes surprises, concernant la tante et l'oncle de Kaylee par exemple, que j'avais crus complètement inutiles. Mais la meilleure surprise reste Tod : le seul personnage intéressant, attachant et intriguant.

EN BREF :

En fait, le livre démarre très doucement, avec l'histoire romantique et la recherche de la nature de Kaylee, et ça finit sur les chapeaux de roues avec les morts qui s'enchainent, l'apparition des faucheurs, du monde des ténèbres, de nouveaux personnages et des révélations.
L'auteur n'a peut-être pas réussi ses personnages principaux et leur histoire d'amour, mais le monde fantastique, ça, pour moi, c'est tout bon. Et j'ai vraiment hâte de connaître la suite des évènements, car le voile n'a pas été levé sur tout.



JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est le premier tome d'une saga en 5 tomes (chiffre non définitif) et de 2 prequels My Soul to Lose (concernant le passé de Kaylee) et Reaper (concernant le passé de Tod).
  • Les 4 premiers tomes et les 2 prequels sont disponibles en VO.
  • Le tome 5 If I Die est prévu en VO pour le 27/09/2011.

dimanche 14 novembre 2010

Hex Hall

Auteur : Rachel Hawkins

Édition : Wiz Albin Michel (site)

Pages : 300

Prix : 13,50 €

Public : 12 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Sophie Mercer, lycéenne et sorcière, use de ses pouvoirs sans discernement. Sur ordre d’un puissant magicien, qui n’est autre que son père, elle est envoyée à Hex Hall, établissement ultra-select pour élèves très spéciaux. Spectres, loups-garous et vampires s’y côtoient. Sophie qui est tout sauf discrète, s’y fait vite quelques amis et beaucoup d’ennemis. Parmi ceux qu’elle juge dignes d’intérêt, il y a un séduisant jeune sorcier. Mais l’heure n’est pas à la romance car un terrible prédateur rôde... Et, Sophie, fille de l’un des enchanteurs les plus puissants au monde — et directeur de Hex Hall — est une cible idéale...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Ma lecture a vraiment bien commencé, c'est le moins qu'on puisse dire ! Qu'est-ce qu'elle m'a fait rire cette Sophia avec ses remarques bien placées et ses répliques ironiques ! Et ça fait un bien fou de voir une héroïne aussi drôle qu'elle et qui ne se prend pas au sérieux (il faut dire qu'au départ, c'est quand même une nullité, elle le reconnaît elle-même).

J'ai bien aimé aussi ce côté un peu déjanté de l'école à "monstres". Les créatures (loup-garous, métamorphes, fées, etc) sont très traditionnelles, mais c'est le justement le contraste entre le côté traditionnel et les adolescents d'aujourd'hui qui est drôle.

J'ai noté l'entrée remarquée de Archer, le personnage masculin (je ne perd pas le nord, comme vous pouvez le constater !), sarcastique à souhait, uniforme décontracté et boucles brunes, miam !

Mais le problème c'est que, passé le côté déjanté et amusant, le livre s'attaque vraiment à l'histoire. Et là, ça devient plus ennuyeux et banal. Dans une histoire amusante, les clichés sont bienvenus, et même, en temps normal, j'aime les clichés à petite dose mais là... Sophie tombe trop vite dans les bras d'Archer, qui — tadam ! — est bien sûr le gars après qui toutes les filles courent et qui sort avec la fille la plus populaire, une pimbêche évidemment (autant vous dire qu'à ce moment-là, Archer a totalement perdu mon intérêt), et qui va bien sûr voir son attrait envers Sophie augmenter sensiblement quand il la verra dans une superbe robe de bal.
Bref, la romance est très survolée et pas trépidante pour un sou.

Je n'ai pas trouvé non plus de personnages très attachants ou charismatiques, pas moyen d'en dénicher un seul avec de l'intérêt (même si Cal a l'air d'avoir du potentiel, mais il n'est quasiment pas abordé dans ce premier tome). Mais si les personnages secondaires ne sont pas très approfondis, heureusement, l'héroïne vaut le détour à elle seule.

Au niveau de l'enquête, je n'ai pas ressenti de suspens ou de peur, ça ne m'a pas transporté plus que ça. J'ai lu le roman plutôt vite, mais sans grande passion. C'était une lecture sympa en somme. Mais le dénouement a le mérite d'être surprenant, même si c'est très précipité.

EN BREF :

Je serais bien tentée de lire la suite, mais sans plus. Et puis, j'aimerais bien voir si Cal va être développé, alors j'essaierai.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est le premier tome d'une trilogie.

vendredi 12 novembre 2010

[Fan Trailer] Vampire Academy

Petite surprise !! :D



Aujourd'hui, 12 novembre, c'est la sortie du deuxième tome de Vampire Academy : Morsure de Glace.

Et pour fêter ça, voici comme j'ai fait pour Hunger Games dernièrement deux "fausses" bandes-annonces faites par des fans talentueux.
Pour moi, ce sont clairement celles qui sont sorties du lot, les plus réussies, même si j'adhère pas à tous les acteurs choisis, encore une fois (Rose et Lissa sont parfaites par contre !).
Il y en a donc une pour le premier tome : Sœurs de Sang, et une autre pour le second : Morsure de Glace.

Enjoy ! ;D


Attention : spoilers pour ceux qui n'ont pas lu les deux premiers tomes ! (personnellement, je les cherche les spoilers, donc je m'en fiche :p)


Fan Trailer de Vampire Academy - Tome 1 : Sœurs de Sang 



Fan Trailer de Vampire Academy - Tome 2 : Morsure de Glace 

mercredi 10 novembre 2010

La couleur de la haine

Auteur : Malorie Blackman

Édition : France Loisirs

Pages : 509

Prix : 9,90 €

Public : 15 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Noirs et Blancs ne se mélangent pas. Jamais. Pourtant, Callie Rose est née. Enfant de l'amour pour Sephy et Callum, ses parents. Enfant de la honte pour le monde entier. Chacun doit alors choisir son camp et sa couleur. Mais pour certains, cette couleur prend une teinte dangereuse... celle de la haine.


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Attention : risque de spoilers sur le tome précédent !

Ce livre fait suite à Entre chiens et loup, et dès les premières pages, c'est incroyablement lourd, dense ! Toute cette haine, tous ces ressentiments, ce désir de vengeance. C'est très noir.
De nouveaux points de vue font leur apparition dans ce deuxième tome, comme celui de Jude (le frère de Callum), Minerva (la sœur de Sephy), Meggie (la mère de Callum et Jude) et Jasmine (la mère de Sephy et Minerva).

Séphy devient mère et, même si elle pensait ne pas aimer son enfant à cause de la mort de Callum, elle finit par prendre pleinement conscience qu'elle doit veiller sur un être humain à part entière. Elle est encore un peu perdue dans ce rôle de mère, mais elle se découvre prête à tout pour protéger sa fille. Seulement, Callum hante encore Sephy et est responsable de ses hauts et ses bas. Elle est confrontée à ses doutes et en arrive à ne plus croire en lui (maudite lettre ! Même si en tant que lecteur du premier tome on sait ce qu'il en était vraiment pour Callum). On est presque aussi désespéré qu'elle à la voir aligner les mauvaises décisions.

Je retiens ma rage contre Jude (vous ne pouvez pas savoir à quel point !!), je ne supporte pas les gens comme lui, sa façon de tout voir en noir. Il est dangereusement extrémiste, personne n'a sa chance avec lui, tout le monde se retrouve catalogué immédiatement. Ça prouve le talent de Malorie Blackman à dépeindre des personnages auxquels on ne peut pas être indifférent.
Mais entrer dans l'esprit de Jude le rend bien pire que dans le premier tome. Il est la cruauté incarné, et ce qui m'énerve le plus, c'est qu'il est persuadé de venger son frère. J'aurais pu avoir de la compassion pour lui a un moment donné, mais je n'ai même pas réussi. Il a eu la chance de changer mais a préféré rester cantonné dans son rôle de victime.

Il y a aussi de nouveaux personnages qui gravitent autour de Sephy. Dont Jaxon, qui m'était sympathique au premier abord, puis j'ai vu son autre face et je suis tombée de haut. Mais à côté de ça, ceux que je n'estimais pas vraiment (les autres membres de son groupe, Sonny et Rhino) se sont révélés. Et puis, il y a la mère de Sephy qui essaie de se rattraper. Elle est très touchante et sincère, même si sa fille ne lui facilite pas la tâche.

J'ai eu un sentiment de colère et d'injustice, on a juste envie de hurler quand on lit ce tome. Le premier avait quelque chose que le second n'a pas : Sephy et Callum. C'était le rayon de lumière. Ici, Callie pourrait l'être, mais elle est bien trop jeune.
C'est trop noir et déprimant, l'histoire est addictive, mais quand j'en suis sortie, j'avais l'impression d'avoir le poids du monde sur mes épaules. Il n'y a aucun élément positif, les justes paient et les meurtriers s'en sortent.

EN BREF :

J'hésite encore plus à lire la suite si tout est aussi sombre et désespéré. J'avais adoré le premier mais le second tue tout espoir, il n'y a pas d'évolution entre les Nihils et les Primas, c'est même tout le contraire.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Chronique du tome précédent :

lundi 8 novembre 2010

[Fan Trailer] Hunger Games

Affiche pour le film Hunger Games de Lina6y, on la voit un peu de partout et je trouve que c'est celle qui est le plus dans le ton.

J'adore chercher des vidéos de casting fait par des fans (enfin, pas que ça, j'adore les montages vidéos aussi), et partant de là, je suis tombée sur des trailers fait par des fans. Du coup, j'en ai cherché d'autres et certaines vidéos sont carrément bluffantes ! 
Je vous fais donc partager les meilleures pour moi que j'ai trouvées pour Hunger Games (d'où l'affiche ;)). Il y en a qui m'ont épaté et d'autres qui m'en ont filé des frissons, je vous laisse savourer ;).


Attention : spoilers pour ceux qui n'ont pas lu les livres ! (aucun danger pour moi, je me suis spoilée à mort déjà pour les deux prochains tomes, c'est plus fort que moi =D)
  

Fan Trailers de Hunger Games - Tome 1




Fan Trailer de Hunger Games - Tome 2 : L'Embrasement
(par Heisavampire )



Fan Trailer de Hunger Games - Tome 3 : La Révolte



J'espère que ça donnera envie de commencer cette trilogie à ceux qui ne l'ont pas encore fait ;).

samedi 6 novembre 2010

Dans le Berceau de l'Ennemi

Auteur : Sara Young

Édition : France Loisirs

Pages : 473

Prix : 10,95 €

Public : Adulte

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

L'étau se resserre autour de Cyrla. La jeune fille, à moitié juive, avait trouvé refuge dans sa famille hollandaise, mais la menace de dénonciation se précise. Lorsque sa cousine adorée, à qui elle ressemble trait pour trait, succombe à une tentative d'avortement ratée, elle voit là l'unique moyen d'échapper au sort funeste qui l'attend. En prenant l'identité d'Anneke, elle sera à l'abri. Mais cela signifie aussi quitter celui qu'elle aime et surtout gagner le Lebensborn où Anneke était censée mettre au monde l'enfant d'un officier allemand. Pour survivre, il lui faut donc se réfugier dans le sein même de l'ennemi...


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Dur, dur, de lâcher une histoire pareille, je l'ai dévorée !

Cyrla est très attachée à sa cousine, Anneke, elle est son rayon de lumière et celui de sa famille. Elles sont très proches et prêtes à presque toutes les concessions l'une pour l'autre (pour Anneke, on s'en rend vraiment compte grâce à la révélation faite vers la fin). Mais celle-ci meurt dans des circonstances tragiques qui détruiront sa famille. J'ai eu de la pitié pour l'oncle de Cyrla, qu'on sait pourtant en partie responsable du décès de sa fille.

Malheureusement, Cyrla n'a presque pas le temps de la pleurer puisqu'on menace de la dénoncer. Sa tante, refusant de la perdre elle aussi, veut alors la faire envoyer à la place d'Anneke dans le Lebensborn où elle aurait dû accoucher.
Tout se précipite, Cyrla n'a pas le droit de prendre le temps de vivre sa jeunesse ou d'apprivoiser Isaak, celui qu'elle aime. Il n'y a pas de temps à perdre.

Cyrla est une héroïne touchante, elle ne perd jamais espoir et est un peu naïve au départ, mais elle reste accrochée du début à la fin. Même si elle est parfois entêtée au point qu'il m'est arrivé de vouloir la secouer pour qu'elle sauve sa vie.
Karl est un personnage adorable, doux. Dès qu'on le voit, on ne peut pas se dire que c'est un nazi, même si on ne le connaît pas encore. J'ai beaucoup aimé voir Cyrla lutter pour résister à ce qu'elle ressent, garder ses préjugés à tout prix, et finalement céder petit à petit et découvrir que ce qu'elle avait vécu avec Isaak n'avait rien à voir avec ça (au début, ça se voit surtout à la façon dont ils l'appellent), et que Karl n'est pas que son uniforme.
Autant vous dire tout de suite que le taciturne Isaak n'a pas du tout emporté mon adhésion, il est le parfait contraire de Karl, physiquement et mentalement. En plus, on devine dès le départ qu'il cache quelque chose de louche. Je me suis demandée plusieurs fois ce que Cyrla pouvait bien lui trouver (à part physiquement, bien sûr, et encore, sur ce plan-là, Karl le concurrence aisément), et son comportement envers elle n'encourage pas...

Je connaissais vaguement les Lebensborn, mais seulement leur fonction, pas leur fonctionnement. Et ce livre m'a fait découvrir cette endroit en profondeur, ses rouages. Des personnages de femmes se détachent, certains que j'ai aimé dès le départ, et d'autres, auxquels je me suis attachée petit à petit en les découvrant avec Cyrla. Mais il y a aussi les fanatiques, les endoctrinées, et la sœur de Karl et sa nièce, Erika et Lina, qu'on n'a jamais vu, mais qu'on a l'impression de connaître et qu'on apprécie déjà.
Mais la peur est toujours là, en filigrane, et Cyrla le sait. Mais c'est dans les dernières pages que la menace est vraiment là, grosse comme une maison, j'aurais presque pu en retenir mon souffle tellement j'ai eu peur pour Cyrla.

Je regrette que la fin soit un peu trop abrupte, j'aurais aimé avoir plus de détails. C'est dommage. J'aurais surtout voulu connaître ce qu'est devenue l'infirmière Isle, Neve, Leona, ou encore l'oncle et la tante de Cyrla.
Mais, heureusement, la scène finale est magnifique, magique, je l'ai vu se dérouler devant mes yeux comme si je regardais un film.

EN BREF :

C'est donc un livre fort, adulte (les passages osés ne sont pas ma tasse de thé, mais ils restent peu nombreux et peu détaillés, mais bon, c'est quand même réservé aux adulte hein ! xD), qui montre une face un peu voilée de l'histoire, avec une héroïne attachante, des personnages qu'on oublie pas et une romance au-delà des préjugés.


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :

mercredi 3 novembre 2010

Vampire City - Tome 1 : Bienvenue en enfer

Auteur : Rachel Caine

Édition : Black Moon (site)

Pages : 360

Prix : 15 €

Public : 12 ans et +

Commander le livre : sur Amazon

Résumé :

Claire est le souffre-douleur de la reine de la fac de Morganville. Pour fuir le campus universitaire, elle s'installe dans une étrange maison déjà habitée par Eve la gothique, Shane le dur au cœur tendre, et Michael le musicien noctambule. Grâce à eux, elle découvre que les vampires règnent sur Morganville. Entre amitié et amour, les quatre colocataires vont devoir unir leurs forces pour lutter contre la menace grandissante.


L'AVIS DE LA TORTIONNAIRE :


Dés le début, on entre vraiment dans l'ambiance morbide de cette ville, décrite dans ses moindres détails au fur et à mesure des découvertes de Claire. C'est glauque, oppressant et terrifiant. Je serais Claire, avec des parents comme elle, je serais retournée chez eux fissa. Mais Claire, même menacée, préfère rester. Elle est un peu maso... surtout après ce qu'elle a subit de la part de Monica et sa bande. Parce que Monica n'est pas une simple peste, non, c'est une vraie psychopathe.

Heureusement pour Claire, elle parvient à quitter le dortoir de la fac saine et sauve (et ce n'est pas une mince affaire !) et à se faire accepter par trois colocataires, au comportement parfois étrange, mais sympathique. Au début, j'ai eu un coup de cœur pour Michael, mais au fur et à mesure, Shane est venu le concurrencer, donc je ne sais plus où donner de la tête maintenant, et c'est tant mieux ! :D.
Claire est une héroïne attachante, je n'ai pu que compatir à son sort et me reconnaître en elle, en partie. Et j'ai eu plaisir à la voir se faire petit à petit de vrais amis malgré sa timidité et sa maladresse.
Il faut dire qu'intégrer une bande de colocataires qui s'entendent comme larrons en foire est assez difficile. Car Shane (la tête brûlée), Eve (la sympathique gothique) et Michael (le plus mature) sont une vraie fratrie bien soudée. Leurs échanges/chamailleries sont d'ailleurs souvent drôles et ont un côté très réaliste au fond (et je parle en connaissance de cause !). Mais Claire parvient tout de même à se faire une petite place au sein de cette maison et s'aperçoit bien vite que chacun de ses colocataires a ses secrets. Il y a donc de la marge pour les prochains tomes.

On a un soupçon de romance, mais qui ne tombe pas dans le compliqué avec des triangles impossibles et autres. Non, rien de tout ça, puisqu'elle n'est pas le principal sujet du livre. Elle reste sous-jacente et naturelle. Mais les fleurs bleues comme moi seront satisfaites quand même, je vous le garanti !

Le fonctionnement de cette ville aux mains des vampires est un vrai trou noir au départ, et Claire est aussi dépassée que nous. Quel est le rôle de ces fameux bracelets de protection ? Qui sont donc les Protecteurs ? Des questions qui trouveront rapidement leurs réponses, mais d'autres apparaissent, ajoutant de plus en plus de mystères, un peu flippants, il faut l'avouer. Et c'est seulement quand la situation s'éclaire qu'on aperçoit enfin les vrais enjeux, même s'il reste encore beaucoup de secrets à dévoiler, ce que se chargeront de faire les prochains tome je suppose.
Mais il y a des choses auxquelles je ne m'attendais pas du tout et qui me sont vraiment tombées sur le coin de la figure. Les mauvaises situations s'enchainent pour l'héroïne, ne lui laissant le temps, ni à moi, ni à elle, de souffler.

J'ai retrouvé un petit air de Buffy contre les vampires, un léger retour en arrière qui change des dernières histoires de vampires, car ceux-ci sont plus traditionnels. Je me préparais donc à n'avoir que des méchants vampires buveurs de sang, mais en fait, pour certains (enfin, un seul en fait dans ce tome), il y a une petite nuance.

Le journal d'Eve en conclusion du livre arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, mais quelque part, ça permet d'avoir un point de vue interne sur la fratrie que composait Eve, Shane et Michael avec un œil rafraichissant.

EN BREF :

La fin m'a laissé bouche-bée, il faut absolument la suite !! Impossible de nous laisser comme ça ! Les auteurs sont vraiment cruels... Ça, c'est ce qu'on appelle un double retournement de situation ! (Je compte les jours jusqu'à la sortie du prochain tome :D).


JAUGE DE LA TORTIONNAIRE :


LA TORTIONNAIRE VOUS EN DIT PLUS...

  • Ce livre est le premier tome d'une saga qui comptera 12 tomes (nombre non définitif).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...